BFMTV

Une ambition intime: comment M6 revisite les émissions politiques

Arnaud Montebourg, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, premiers invités de l'émission "Une ambition intime" sur M6.

Arnaud Montebourg, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, premiers invités de l'émission "Une ambition intime" sur M6. - Pierre Olivier - M6

M6 diffuse ce dimanche le premier volet de sa nouvelle émission politique, Une ambition intime, dans laquelle les candidats à l'élection présidentielle de 2017 répondent aux questions de Karine Le Marchand. L'occasion pour les dirigeants politiques de montrer un autre visage, plus personnel, moins officiel. Ou l'art de faire de la politique sans en parler.

Ambitieuse, cette idée. En vue de la prochaine élection présidentielle de 2017, M6 a elle aussi eu envie de dégainer son émission politique. TF1 a Vie Politique avec Gilles Bouleau, France 2 propose désormais L'émission politique avec David Pujadas et Léa Salamé, C8 a lancé Punchline avec Laurence Ferrari... Mais M6 a décidé de prendre le contre-pied de ses concurrents avec Une ambition intime. Ici, les futurs candidats à la présidence de la République ne parleront ni de leur programme, ni de leurs idées de réformes. Ils parleront d'eux, de leur histoire. Confortablement installés sur un canapé. Sous l'oeil bienveillant de Karine Le Marchand. Un pari pour M6. Que certains observateurs ne manquent pas déjà de critiquer. Mais comment la chaîne ambitionne-t-elle de révolutionner le genre?

> Un concept en décalage

Avec Une ambition intime, M6 propose à ses téléspectateurs une émission politique qui ne parlera pas... de politique. Ici, on ne demande pas aux invités de commenter les derniers chiffres du chômage ou de détailler point par point leur programme. La chaîne a une autre ambition. Celle de dresser un portrait "humain" et "authentique" de ceux qui espèrent accéder à la plus haute fonction de la République.

Assis sur un canapé dans un salon, les politiques fendent l'armure pour parler d'eux, de leur enfance, de leur famille, de leur parcours, de leurs vies personnelles. Il n'est ni question de droite ou de gauche. Mais il est question d'eux. Le temps d'un face-à-face avec Karine Le Marchand, l'émission politique de M6 propose de montrer l'autre côté du miroir et la facette parfois méconnue de ceux qui veulent diriger les Français. Bruno Le Maire y parlera par exemple de sa passion pour Les Tuches et Camping, quand Marine Le Pen évoquera son amour du far breton. De "l'authentique", donc.

Là où certaines émissions politiques font parfois figure d'interrogatoire, M6 opte pour le côté confessions. Chaque invité aura ainsi droit à son portrait de 30 minutes diffusé en prime-time. Chaque émission proposera quatre portraits. La première sera centrée sur Marine Le Pen, Arnaud Montebourg, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire.

-
- © -

> Karine Le Marchand: animatrice, pas journaliste

Habituellement, les téléspectateurs de M6 ont plutôt l'habitude de la voir recueillir les confidences d'agriculteurs. Mais c'est bien Karine Le Marchand, emblématique animatrice de L'amour est dans le pré, que la chaîne a choisie pour incarner sa nouvelle émission politique et mener les entretiens avec les candidats à la prochaine élection présidentielle. En choisissant un profil d'animatrice plutôt qu'un profil de journaliste, M6 donne le ton de son émission et respecte sa promesse de ne pas faire une émission politique comme les autres.

Dans un cadre chaleureux et intimiste, Karine Le Marchand joue les psy avec le naturel et la décontraction qu'on lui connaît pour recueillir les confidences d'un Nicolas Sarkozy ou d'un Jean-Luc Mélenchon. L'animatrice, aux antipodes des codes habituels dans ce genre d'exercice, propose des interviews avec un style entre Laurent Boyer de Fréquenstar et Marc-Olivier Fogiel dans Le Divan. Mais jouer les psychologues des politiques ne s'improvise pas. Au Parisien, Karine Le Marchand confie avoir rencontré un psy pour apprendre à mener ses entretiens dans l'émission. 

"J'avais besoin de comprendre, en tant que patient, comment on passait à la confidence, à quel moment la confiance était suffisamment forte pour qu'on aille plus loin sur ce qu'on dit de nous, explique l'animatrice. C'était important d'aller voir un psy, de lui parler de mes problématiques diverses, notamment de culpabilité. Est-ce que je dois faire ça? Est-ce que c'est bien d'humaniser tout le monde, par rapport aux idées politiques?"

Mais choisir une animatrice et non une journaliste pour cet exercice n'engendre-t-il pas le risque de "peopoliser" la vie politique? A cette question, Karine Le Marchand répond sans faux-semblants: "J'assume complètement cela. C'est le concept de l'émission, confie-t-elle au Point. Je me suis demandé quelle était la corporation la plus taiseuse après les agriculteurs. C'étaient les politiques. Avec eux, j'adopte le même ton. Et puis je ne suis pas allée dans l'indignité, le trash, le vulgaire."

-
- © -

> Une ambition... polémique

Avant même sa diffusion, la nouvelle émission de M6 a subi de nombreuses critiques. En particulier sur le ton du programme qui selon certains "désacralise l'homme politique". Mais plus encore que le parti-pris "intime" de l'émission, c'est aussi la présence de Marine Le Pen qui a cristallisé le débat. Sur le plateau de C à vous, aux critiques de Patrick Cohen qui lui reprochait de "copiner" avec la présidente du Front national, l'animatrice s'est défendue en arguant avoir voulu mettre en avant son "histoire incroyable".

Au JDD, elle expliquait déjà: "C'est une femme comme les autres. Moi je fais une émission avec les présidentiables. Elle a toute sa place. Dans les sondages, elle est entre 25 et 30% d’intention de votes. Elle compte." Et d'ajouter: " Si je ne l’avais pas faite, tout le monde me serait tombé dessus".

Mais si Marine Le Pen participera bien à l'émission, d'autres candidats à la prochaine élection présidentielle seront absents. Pour diverses raisons. C'est notamment le cas de François Hollande ou Nathalie Kosciusko-Morizet. Concernant l'absence du président de la République, Karine Le Marchand dénonce "le mépris" de ses proches

"Dès l’ins­tant qu’on est méprisé par l’en­tou­rage, on n’a plus envie, assure-t-elle dans L'Express. En face, il y a des gens qui ne répondent pas au télé­phone, qui font traî­ner. Ce ne sont pas des circons­tances propices pour une inter­view censée se dérou­ler dans une ambiance de confiance réci­proque et de bien­veillance, Au bout de neuf mois, comme une grossesse, il est temps d’en tirer les conclu­sions qui s’im­posent. Il faut savoir dire stop." 

Pour NKM, ce sont en revanche plusieurs facteurs qui ont contraint les équipes de M6 à annuler sa participation: la décision de la chaîne d'avancer la date de diffusion de l'émission, les parrainages tardifs de la candidate Les Républicains et le délais de montage du programme, comme le rapporte Karine Le Marchand à Puremédias.

> La bienveillance avant tout

Dans Une ambition intime, le but n'est pas de pousser les politiques dans leur retranchement, mais bien au contraire de les mettre en confiance pour recueillir leurs confidences. Du cadre (personnalisé selon chaque invité) aux témoignages des proches, tout est fait pour faire passer un moment agréable à l'invité, qu'il se nomme François Fillon, Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Ainsi Nicolas Sarkozy recevra des messages vidéo de Bernadette Chirac et Carla Bruni quand Bruno Le Maire aura lui droit à une visite de Thierry Olive, inoubliable participant de L'amour est dans le pré et soutien du candidat.

Karine Le Marchand assure avoir fait preuve de "la même bienveillance, le même recul et la même écoute" avec les tous les candidats. L'animatrice ne posera pas les mêmes questions que Léa Salamé, Jean-Jacques Bourdin, Gilles Bouleau ou Laurence Ferrari. Aucun chroniqueur/humoriste ne viendra faire un tour pour dresser un portrait au vitriol de l'invité. Pas de malaises, de polémiques ou de moments de gênes à prévoir, mais plutôt des moments inattendus de vérité et des anecdotes parfois révélatrices. L'humain avant la politique. La bienveillance avant le cynisme. Reste à savoir si la politique vue par M6 transformera les futurs électeurs en nouveaux téléspectateurs. 

-
- © -