BFMTV

Quand Laurent Delahousse dit "merci" à Claire Chazal

Claire Chazal et Laurent Delahousse, le 29 janvier 2012

Claire Chazal et Laurent Delahousse, le 29 janvier 2012 - Desk - TF1 - AFP

Le présentateur des JT du week-end de France 2 a tenu a rendre hommage à la journaliste de TF1 sur le réseau social Twitter.

Le départ de Claire Chazal fait couler beaucoup d’encre. Relayée par de différents médias, l’information semble avoir chagriné de nombreux internautes, habitués à voir la présentatrice rythmer les week-ends de TF1 depuis 24 ans dans les journaux de 13 heures et de 20 heures.

Mais les téléspectateurs ne sont pas les seuls à apporter leur soutien à Claire Chazal depuis lundi soir. Certaines stars du PAF n’ont pas hésité non plus à poster sur Twitter de courts messages à l'intention de la journaliste de 58 ans.

"Mes week-ends désormais ne seront plus les mêmes"

Ce mardi, le présentateur des JT du week-end de France 2, Laurent Delahousse, lui a dédié pas moins de trois tweets en guise de remerciement. "Après 10 ans de vie 'en parallèle', c'est une page de l'époque élégante du journalisme qui se tourne. Un mélange d'émotion de respect et de souvenirs partagés. Mes week-ends désormais ne seront plus les mêmes. Ni ceux des Français... A très vite pour de nouvelles aventures. Merci Claire", a écrit celui qui avait encore partagé l'antenne avec Claire Chazal lors de l'interview du président de la République le 14 juillet dernier.

Lundi, Patrick Poivre d’Arvor, présentateur historique du 20 heures en semaine, avait lui aussi souhaité adresser quelques mots à sa consœur, avec une allusion transparente à sa propre éviction. "En pensées avec Claire Chazal. Décidément! Je connais ses qualités. Elle va rebondir et je me réjouis de la retrouver sur Radio Classique...", avait écrit le présentateur.

Lors de son départ à la présentation des JT de TF1 le 10 juillet 2008, Patrick Poivre d'Arvor avait lui aussi eu droit à un clin d'oeil de son homologue de France 2. A la fin de son journal, David Pujadas avait adressé sa "pensée amicale pour celui qui tire sa révérence, ce soir-même, dans une autre maison."