BFMTV

ONPC: quand Hondelatte balance sur Morandini, "un gros dégueulasse"

Christophe Hondelatte dans ONPC

Christophe Hondelatte dans ONPC - Capture d'écran France 2

Interviewé par Laurent Ruquier et son équipe, le journaliste d'Europe 1 a donné samedi soir son avis sur l'affaire Morandini et la tension qui en découle chez iTELE. L'occasion, également, d'égratigner Audrey Pulvar et Laurence Ferrari.

Il n'a pas mâché ses mots. Invité samedi soir sur le plateau d'On n'est pas couché sur France 2, Christophe Hondelatte s'est montré généreux pour critiquer certains de ses confrères. Le journaliste a notamment été interrogé sur l'affaire Moradini, suspendu d'Europe 1 depuis sa mise en examen pour "corruption de mineur aggravée".

Selon Hondelatte, ce scandale "signe la fin de sa carrière", même s'il pense qu'il ne lui arrivera rien d'un point de vue pénal:

"La France a découvert que Jean-Marc Morandini est un gros dégueulasse. Que c'est un immense pervers. Mais à part ça, pénalement, si j'étais avocat, je prendrais son dossier. Il est très défendable", a-t-il assuré.

Quand Bolloré fait un "immense doigt d'honneur" à la France

Le grand reporter se demande toutefois pourquoi Vincent Bolloré "s'entête à imposer ce type à une chaîne qui n'en veut pas". Depuis l'arrivée de Morandini sur iTELE, la rédaction est en grève et demande la démission de celui qui est désormais aux commandes du Morandini Live. "Je vois un chef d'entreprise qui est en train de faire un immense doigt d'honneur aux journalistes, à la France d'une certaine manière", a-t-il estimé. 

"Morandini n'est pas journaliste. Il ne l'est pas du tout, il ne l'a jamais été (...) Il a voulu le faire le chemin qui mène au journalisme mais il n'y arrivera jamais, ce n'est pas son métier", a-t-il ajouté.

Audrey Pulvar et Laurence Ferrari, "pas courageuses"

Christophe Hondelatte a également déploré l'attitude d'Audrey Pulvar, "la grande révolutionnaire du journalisme français, toujours prompte à donner des leçons et prompte à dire que Monsieur Baupin ne peut pas rester député parce qu'il a commis des fautes à l'égard des femmes", qui n'a cependant "pas un mot au sujet de Morandini".

"J'aime bien qu'on soit révolutionnaire, ça ne me gêne pas, j'adore les exaltés. Mais il faut l'être dans tous les cas, y compris quand ça menace ses intérêts. C'est d'ailleurs là qu'on voit les vrais révolutionnaires! C'est lorsque ça menace ses intérêts, lorsque ça menace son émission sur C8, lorsque ça menace son émission sur iTELE, lorsque ça menace le gros salaire que sans doute elle a gardé de l'ancienne direction de Canal+", s'est agacé le journaliste. 

Selon lui, Audrey Pulvar n'est pas courageuse, tout comme sa consoeur Laurence Ferrari, "qu'on n'entend pas beaucoup".

"Je trouve qu'elles ne sont pas beaucoup courageuses. Le métier est menacé à travers cette affaire-là. Il faut qu'elles soient toutes les deux beaucoup plus courageuses. Franchement, je le leur demande".

Nawal Bonnefoy