BFMTV

Marine Le Pen déplore le "mépris total" de Laurent Ruquier et Michel Drucker pour ses électeurs

Marine Le Pen sur le plateau du JT de TF1 en 2017

Marine Le Pen sur le plateau du JT de TF1 en 2017 - Patrick Kovarik - AFP

La candidate du Front national à l'élection présidentielle a partagé ses goûts télévisuels. Si Julien Lepers et Stéphane Bern ont les faveurs de Marine Le Pen, ce n'est pas le cas d'autres animateurs du service public.

Elle aime regarder les chaînes de découverte, les émissions historiques de Stéphane Bern ou des programmes comme Un jour/un destin, ou Faîtes entrer l'accusé. Mais ne parlez pas à Marine Le Pen d'On n'est pas couché ou de Vivement dimanche, car la candidate du Front national pour la prochaine élection présidentielle ne porte pas les animateurs de ces deux émissions dans son coeur.

A l'occasion d'un entretien "spécial télé" accordé à Télé Loisirs, la présidente du FN a vivement critiqué deux des animateurs phares de France 2, Laurent Ruquier, qui l'avait déjà reçue par le passé dans son talk-show du samedi soir et avec lequel elle était en procès, et Michel Drucker, qui ne l'a jamais conviée sur son célèbre canapé rouge le dimanche. "Ruquier, ce n'est pas possible. Ses ricanements, pour moi, c'est insupportable. Je ne regarde jamais ce genre d'émissions," a d'abord assuré Marine Le Pen.

"Ils se considèrent comme des militants politiques"

La dirigeante du Front national a alors poursuivi en pointant du doigt les choix des animateurs qui refusent de la faire venir dans leurs émissions: "Quand un Ruquier ou un Drucker refuse d'inviter la représentante de 30% des Français, je pense que c'est un grand mépris pour ces 30% de Français qui contribuent à leur niveau de vie.

"Je leur rappelle qu'ils sont payés par les Français, continue-t-elle. Je pense qu'il y a un mépris absolument total d'où viennent les fonds qui leur permettent de toucher des sommes qui sont considérables, voire exagérées. Ils se considèrent comme des militants politiques et pas comme des animateurs. Et par conséquent, ils décident qui est dans le camp du bien et qui est dans le camp du mal."

Marine Le Pen regrette le départ de Julien Lepers

Celle que Nicolas Canteloup "amuse franchement" et qui se dit "imperméable" aux émissions comme Touche pas à mon poste! en profite pour s'en prendre directement à la patronne du groupe France Télévisions, Delphine Ernotte qui est, selon elle, "une militante de gauche, extrêmement investie, qui met ses diktats à peu près partout, exige que des gens soient écartés ou embauchés dans le but d'avoir une pression politique sur l'information qui est donnée."

A ce titre, Marine Le Pen assure alors "beaucoup regretté" le départ forcé de Julien Lepers dans Questions pour un champion ou "la disparition de 30 millions d'amis", des "émissions populaires" victimes d'une "volonté politique".

Fabien Morin