BFMTV

Les journalistes d'iTélé et Canal+ "consternés" par l'arrivée de Morandini à l'antenne

Jean-Marc Morandini, en décembre 2013

Jean-Marc Morandini, en décembre 2013 - Patrick Kovarik - AFP

La Société des journalistes d'iTELE et Canal+ a publié ce vendredi après-midi un communiqué dans lequel elle demande à sa direction de "revenir sur sa décision" d'accueillir à l'antenne l'animateur mis en examen pour corruption de mineurs.

Chez iTélé, l'arrivée de Jean-Marc Morandini, annoncée ce vendredi matin fait grand bruit. La Société des journalistes d'iTELE et Canal+, est ainsi vent debout contre la venue de l'animateur. La direction maintient sa décision et précise: "le communiqué de la SDJ d'iTELE diffusé cet après-midi met en cause le principe de la présomption d'innocence. Les directions d'iTELE et du Groupe CANAL considèrent que ce principe est un droit essentiel de la démocratie, et continueront à l'appliquer".

La SDJ a en effet demandé à la direction de "revenir sur sa décision", jugeant l'arrivée de l'animateur, mis en examen pour corruption de mineur aggravée, "inacceptable".

Une rédaction "sous le choc"

"La rédaction est sous le choc, inquiète de l'impact de cette décision", est-il encore précisé. "Il y a deux semaines, la direction nous expliquait que 'les faits reprochés à Jean-Marc Morandini (étaient) graves, et (que) la question de son arrivée ne se (posait) plus". La SDJ dénonce également le "cynisme" de la direction qui invoque pour justifier ce "contrordre" l'argument des audiences, "en complet décalage au vu de la gravité des faits qui lui sont reprochés".

En début de journée, Canal+ a annoncé que l'animateur Jean-Marc Morandini rejoindrait "comme prévu" la chaîne iTélé, pour y animer à partir du 19 octobre une émission. Intitulé Morandini Live, le programme est un "magazine consacré aux médias avec interviews, débats et infos liés à l'actualité du secteur". Ce rendez-vous se tiendra "du lundi au vendredi de 18h à 19h". Une annonce surprenante alors que le groupe expliquait il y a plusieurs semaines, que Jean-Marc Morandini avait été rayé de la grille de la chaîne d'info, "compte tenu de la gravité des faits qui lui sont reprochés". 

Deux enquêtes ouvertes à l'encontre de l'animateur

Le 23 septembre dernier, l'animateur a été mis en examen pour corruption de mineurs à l'issue de 48 heures en garde à vue, au cours desquelles il a été entendu par la Brigade de protection des mineurs de la police judiciaire de Paris.

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Paris pour "corruption de mineurs" et pour "harcèlement sexuel et travail clandestin" après les révélations sur les conditions de castings que Jean-Marc Morandini aurait pu faire passer dans le cadre de sa websérie Les Faucons. Mais si elle découle de la même affaire, autour des révélations sur les castings organisés pour la websérie, cette mise en examen relève d'un autre dossier et résulte d'autres plaintes, sans lien avec Les Faucons et déposées dans un second temps.

Jean-Marc Morandini a de son côté porté plainte contre l'un des plaignants pour "tentative de chantage".

La chaîne NRJ12 a décidé de retirer temporairement l'animateur de l'antenne - où il reste producteur et n'intervient qu'en voix off - tout comme la radio Europe 1. Le 3 octobre dernier, Denis Olivennes, patron de Lagardère Active a expliqué que par respect de la présomption d'innocence, Europe 1 tenue par le Code du travail de conserver Jean-Marc Morandini sous contrat. Estimant cependant qu'il n'y avait pour l'instant "pas d'éléments de nature à ce qu'il revienne à l'antenne", mais que ce serait le cas si les accusations étaient levées.

Romain Iriarte