BFMTV

L'affaire Hanouna vue de l'étranger: quand la presse internationale s'intéresse à TPMP

La presse étrangère, peu adepte de l'humour "TPMP"

La presse étrangère, peu adepte de l'humour "TPMP" - Joel Saget - AFP

Après avoir fait les gros-titres de la presse française, la dernière polémique de l'émission de C8, causée par une séquence jugée homophobe, traverse les frontières.

Le canular jugé homophobe de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste! connaît des retentissements jusque dans les médias étrangers. L'animateur-vedette de C8, qui fait face à un nombre record de signalements au CSA et à la défection de nombreux annonceurs fait désormais l'objet d'une renommée internationale. 

La séquence du prime spécial Radio Baba du 18 mai, dans laquelle le présentateur a piégé des hommes gays par téléphone en se faisant passer pour un bisexuel à la recherche d'une aventure (voix aiguë et manières efféminées adoptées pour l'occasion) émeut jusque de l'autre côté de l'Atlantique. De la presse spécialisée aux médias généralistes, tour d'horizon du rayonnement de Cyril Hanouna à l'international.

"Piège" en France, "catfishing" ailleurs

Au Royaume-Uni, la BBC évoque la séquence et ses nombreuses retombées. Les plaintes au CSA, mais aussi le témoignage du président du Refuge, qui affirme que l'un des jeunes hommes piégés a appelé l'association "dans un état de détresse morale épouvantable", ou encore les réactions d'associations dans TPMP et le mea culpa de Cyril Hanouna à l'antenne. 

Plusieurs médias gays numériques britanniques, tels que Gay Times et Pink News, reprennent eux aussi l'information. Ce dernier rappelle que l'Association des journalistes lesbiennes, gays, bi et trans (AJL) a étudié l'omniprésence des références à l'homosexualité dans l'émission, relevant pas moins de 42 mentions au mois de novembre dernier.

Le journaliste évoque par ailleurs l'"intonation féminine" de Cyril Hanouna et sa "gestuelle exagérément efféminée"... et revient sur la réaction de Max Emerson, dont la photo a été utilisée sans son accord pour piéger les appelants. Cette personnalité de YouTube, qui a joué dans des séries comme Glee et The Real O'neals, a réagi sur Twitter en espérant que Cyril Hanouna "retienne la leçon", évoquant même la possibilité d'un procès.

De même, le San Diego Gay and Lesbian News qualifie cette séquence de catfishing, une pratique qui consiste à piéger des gens sur des sites de rencontre en créant de faux profils, parfois dans les pires desseins. 

"Clichés homophobes" et "mauvaises blagues"

Au Canada, on ne s'embarrasse pas d'euphémismes: le Quebec Telegram évoque des "clichés homophobes" utilisés par Hanouna, condamne une "mauvaise blague" et les tentatives du présentateur et de son "gang" pour "relativiser la violence de leur canular". Le site rapporte le témoignage de Romain recueilli par LCI: ce bénévole du Refuge y raconte la conversation qu'il a eue avec l'un des jeunes hommes piégés, âgé de 19 ans, menacé par son père de se faire "virer de la maison". 

Même condamnation à peine déguisée en Espagne, où le média en ligne Vanitatis s'étonne que "personne dans le programme ne se soit dit que ce qui se produisait était mal. Cyril Hanouna et toute l'équipe ont ri ouvertement de ces gays."

Autant de réactions qui, si elle témoignent de l'indignation générale (voire universelle) provoquée par ce sketch, ne sont pas sans précédent. En octobre dernier, lorsque Jean-Michel Maire avait embrassé le sein d'une jeune femme contre son gré dans les 24 Heures de Baba, de nombreux médias internationaux avaient repris la séquence, comme le New York Times, le Daily Mail et la BBC. Des images qui, elles aussi, avaient donné lieu à une procédure de sanction du CSA.

Benjamin Pierret