BFMTV

Koh-Lanta: comment le jeu de survie a évolué au fil des années

Une épreuve de Koh-Lanta

Une épreuve de Koh-Lanta - TF1

Alors que la nouvelle saison de Koh-Lanta débarque ce vendredi à 20h50 sur TF1, tour d'horizon de ce qui a changé (ou non) depuis les débuts de l'émission, il y a quinze ans.

Le plus célèbre jeu de survie revient ce vendredi soir sur TF1 avec une 16e saison, L'île au trésor. Lancé en 2001, Koh-Lanta a vu passer des centaines de candidats et d’épreuves, mais surtout, a survécu aux années qui passent. Et si le secret de sa longévité était avant tout sa capacité à se réinventer? Depuis la toute première saison, l'émission n'a pas manqué d'évoluer et de se corser, pour le plus grand plaisir des téléspectateurs. 

> Le présentateur

Qui dit Koh-Lanta dit Denis Brogniart. Pourtant, le présentateur n’a pas toujours été aux manettes de l’aventure télévisée. En effet, la première saison était présentée par Hubert Auriol, bien que l'animateur actuel s'occupait déjà de la voix-off.

-
- © -

> Les règles du jeu

Si l'émission s'articule toujours autour du même concept (des aventuriers lâchés sur une île déserte doivent s'affronter lors d'épreuves et survivre sur le camp), à chaque saison sa nouveauté. Si la saison 15 proposait une "île aux colliers" qui permettait aux candidats de garantir leur immunité, la saison 16 voit l'arrivée d'un anneau en or très convoité, puisqu'il signe l'accès direct à l'épreuve d'orientation, dernière ligne droite avant les fameux poteaux. 

"Les jeux de confort, les épreuves d’immunité, le Conseil et les éliminations constituent la base. Mais nous avons besoin de désarçonner nos candidats et d’attiser la curiosité des téléspectateurs en rajoutant, à chaque fois, un zeste de nouveauté et du suspense", a expliqué Denis Brogniart à Coulisses TV.

> Les candidats

Si les aventuriers des premières saisons étaient surtout choisis en fonction de leur personnalité à la limite du cliché (le gentil, la bavarde, la grande gueule, le stratège...), les responsables du casting privilégient désormais ceux qui possèdent avant tout un mental d'acier. Le but? Eviter les abandons, courantes en début de jeu, comme l'a annoncé Denis Brogniart lors de la conférence de presse de cette nouvelle saison.

Autre critère qui semble essentiel depuis plusieurs saisons: être sportif. Boxeuse, maître nageuse, cycliste, danseuse, adepte de cross-fit... La concurrence se fait de plus en plus rude parmi les équipes au fil des années. Mieux préparés, les aventuriers font également preuve de prouesse en matière de pêche, de cueillette ou même de création du feu, quasiment devenu un jeu d'enfants pour ces Robinson Crusoé modernes.

-
- © -

> Les épreuves

Plus le niveau des joueurs progresse, plus la production peut mettre la barre haut en matière de compétition. Si l'on retrouve chaque année les grands classiques de Koh-Lanta tels que la dégustation d'insectes ou les parcours d'obstacles, les jeux d'équilibre, de logique ou de force se corsent au fil du temps. Nouveauté depuis la saison 9: les épreuves à élimination directe, dans lesquelles le dernier arrivé se voit automatiquement évincé de l'aventure. Attention aux crises de nerfs - et de larmes.

Paradoxalement, les récompenses des épreuves de confort se veulent de plus en plus luxueuses. Qui se souvient des aventuriers affamés de la saison 1 qui se voyaient proposer le choix entre une lampe à gaz ou une guitare? Dans les nouvelles saisons, les meilleurs peuvent remporter des pizzas pour 4 personnes, une nuit dans un hôtel somptueux et même des rencontres avec les locaux, lit et dîner inclus.

> Les conditions

Parce que la survie sur le camp fait partie intégrante de Koh-Lanta, tout est bon pour compliquer le jeu et par extension, surprendre les téléspectateurs.

"Les candidats connaissent le jeu et ses règles sur le bout des doigts, certains s'entraînent depuis des années en les reproduisant chez eux. Ils sont de plus en plus affûtés, ce qui nous oblige à sans cesse imaginer d'autres épreuves, d'autres situations", révélait en 2012 Denis Brogniart au Figaro.

Côté survie, les candidats de la première saison disposaient de ce qui semble être aujourd'hui le grand luxe: 50 grammes de riz par jour, un litre d’huile, un kilo de farine, diz boîtes de conserve, une cuillère en bois, une poêle, une casserole, deux machettes, une hache, une pelle, une nasse, une pelote de ficelle, une pharmacie de secours et... du savon. Avec leurs 4 kilos de riz pour 40 jours, leur caisse de premiers secours, leur machette unique et leur poêle, les candidats de Koh-Lanta Rajat Ampat (2011), eux, étaient déjà bien moins lotis... et cela ne va pas en s'arrangeant. 

> Le logo

Forcément, en quinze ans, le logo d'origine a pris un sacré coup de vieux. Le petit bonhomme bleu sur fond de flammes déchaînées a désormais laissé sa place à une statuette en bois qui irradie sur un fond sombre où se dessine le plan d'une île mystérieuse. Le message est clair: on n'est plus là pour rigoler.
-
- © -

> Le générique

Héyéyéya héyéyéya. Toujours fidèle au poste, la musique culte et entêtante de l'émission n'a pas bougé d'un pouce. Et si finalement, le générique était le véritable rescapé de Koh-Lanta?

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV