BFMTV

Hugo Clément dément avoir été "poussé vers la porte" par Quotidien

Hugo Clément dans "Quotidien"

Hugo Clément dans "Quotidien" - Capture d'écran TMC

Après son départ de l'émission de TMC, le journaliste affirme que les soupçons de mésentente avec la production sont injustifiés.

Tout va bien entre Hugo Clément et Bangumi, la boîte de production de Quotidien. C'est ce qu'assure le journaliste dans les colonnes des Inrocks, quelques semaines après avoir quitté l'émission de TMC pour rejoindre le site Konbini. Hugo Clément assure qu'il n'a pas été "poussé vers la porte" et qu'il est resté en bons termes avec la société. 

Le départ surprise (et express) de cette figure de l'émission d'access prime-time a fait couler beaucoup d'encre. Le 19 novembre, Bangumi annonçait qu'Hugo Clément quitterait le programme "à la fin de l'année 2017". Seulement 10 jours plus tard, Puremédias révélait que cette échéance avait été avancée. Un changement de programme intervenu juste après un tweet controversé du journaliste. 

"On ne sait pas où est Macron"

Le 28 novembre, Hugo Clément annonçait une attaque du convoi de la délégation qui accompagnait Emmanuel Macron au Burkina Faso. Relayant les affirmations d'un "témoin direct", il faisait état sur Twitter d'une "centaine d'assaillants" et de "voitures détruites", ajoutant: "On ne sait pas où est Macron". 

Si un véhicule a bien été caillassé, le porte-parole de la présidence de la République a détaillé une attaque de bien moindre importance. "Ni centaines d'assaillant, ni voitures détruites", a tweeté Bruno Roger-Petit, ajoutant qu'Emmanuel Macron s'entretenait avec son homologue du Burkina Faso à ce moment-là. Le message du journaliste a rapidement été supprimé, laissant place à un mea culpa. Dès lors, le lien avait été rapidement fait entre le tweet alarmiste d'Hugo Clément et son départ. 

"Quand on accepte de s’exposer, ce qui est mon cas, il faut prendre en compte tout ce qui va avec", philosophe-t-il dans Les Inrocks. "C’est arrivé à un moment particulier où des gens mal intentionnés s’en sont servis pour m’attaquer… Ça fait partie du jeu et il faut l’accepter!"

Toujours pour le magazine, il revient sur les raisons qui l'ont poussé à abandonner la télévision pour le Web, évoquant notamment son envie de "parler aux millenials et aux générations suivantes." Cependant, il n'omet pas un retour au petit écran: "Je ne peux pas dire que je ne reviendrai jamais à la télévision. Personne ne peut jamais savoir!".

B.P.