BFMTV

Hanouna-Barthès : 3 mois après, quid du match TPMP!-Quotidien?

Cyril Hanouna, animateur vedette de C8 et Yann Barthès nouvelle star de TMC.

Cyril Hanouna, animateur vedette de C8 et Yann Barthès nouvelle star de TMC. - C8 - Ben Dauchez - TMC - Montage BFMTV.com

Qui de Touche pas à mon poste! ou de Quotidien a remporté la bataille de l'audimat? Trois mois après le lancement du challenger Quotidien sur TMC, BFMTV.com dresse un portrait croisé des deux programmes.

Ils sont à l'antenne en même temps. Parfois, ils s'interpellent, échangeant des politesses et autres piques par émission interposée. Cyril Hanouna et Yann Barthès sont face à face tous les jours, l'un sur C8, l'autre sur TMC, à partir de 19h10. L'un avec le déjà bien installé Touche pas à mon poste!, l'autre, dans le rôle du challenger avec Quotidien, très inspiré du Petit Journal qu'il avait créé sur Canal+.

Difficile de ne pas comparer les deux émissions, programmées à la même heure et qui visent un public assez similaire, bien que la formule soit différente. Les deux programmes jouent tous deux les têtes de gondole d'une chaîne de la TNT appartenant à un grand groupe, C8 et Canal+ pour TPMP et TMC et TF1 pour Quotidien.

Trois mois après la rentrée, nous avons voulu faire un bilan de ce face-à-face de deux talk-shows, qui fédèrent un public large et plutôt fidèle et qui croissent ensemble. Audiences, recette, animateur, stratégie numérique, voici ce que donne ce "match".

Audiences - La course à l'échalote

La tranche dite de l'access prime time, celle qui précède le prime time (entre 20h30 et 21h selon les chaînes) est particulièrement stratégique. "L'access est un carrefour d'audience extrêmement puissant, nous explique Franck Appietto, directeur général de C8. C'est une case où les gens ont fini de travailler. Ils rentrent chez eux et allument la télé, quelles que soient les générations".

Xavier Gandon, directeur adjoint des antennes sur TMC et TF1, partage cette analyse: "Les deux tranches les plus stratégiques sont l'access et le prime time" et ce d'autant plus si le rendez-vous est quotidien. Il pèse alors "très lourd dans l'audience de la chaîne et définit sa ligne éditoriale". Les audiences de TPMP et de Quotidien sont donc scrutées avec beaucoup d'attention.

Les deux chaînes assurent pourtant ne pas marcher sur les mêmes plate-bandes, même si toutes deux visent la même tranche d'âge, les 25-49 ans. "Elles s'adressent à des publics qui ont des envies différentes à cette heure-là", estime Xavier Gandon. "Quotidien, qui s'appelait l'année dernière Le petit Journal et était diffusé sur Canal+ en clair faisait déjà à peu près les mêmes performances audiences qu'aujourd'hui, ce qui n'a pas empêché TPMP de connaître une très belle évolution toute la saison dernière, renchérit Franck Appietto. Je pense qu'il y a de la place pour tout le monde".

"Quand une émission est en best of, l'autre ne progresse pas particulièrement, assure Xavier Gandon. Les propositions éditoriales sont suffisamment différentes." Les audiences des 1er et 11 novembre le soulignent d'ailleurs. TPMP qui avait fait le choix du best of a divisé son audience à peu près par deux. Sans que les audiences de Quotidien, qui avait maintenu son émission, ne connaissent de pic particulier.

TMC a plus que réussi son pari, en récupérant l'audience du Petit Journal et même en l'étoffant. La chaîne, qui réunissait l'année dernière 300.000 téléspectateurs, flirte désormais chaque soir avec le million, et a même dépassé les 1,3 million début décembre (source Médiamétrie). Xavier Gandon souligne que Yann Barthès réunit certains soir plus de téléspectateurs avec Quotidien qu'il n'en fédérait l'année dernière avec Le Petit Journal.

Spectacle vs décryptage

Les formules de TPMP et Quotidien sont très différentes. D'un côté, on a deux heures de direct pendant lesquelles tout peut arriver, et c'est souvent le cas. Pour Franck Apietto, "ce qu'on propose, c'est un show en direct. Je pense que l'attachement pour l'émission de Cyril, c'est de se dire 'tout est possible'. Ce n'est pas de la télé froide, de la télé en boite. C'est un peu comme si vous alliez au spectacle tous les soirs. Vous assistez dans votre fauteuil à quelque chose qui se déroule. Les téléspectateurs savent qu'ils vont vivre une expérience télévisuelle en direct, je pense que c'est ça qui attire un public qui s'était peut-être un peu détourné de la télévision".

Sur TMC, Quotidien propose un décryptage de l'actualité, nationale et internationale. Les sujets sont sérieux - les élections américaines, les primaires en France - mais le ton léger. "Quotidien raconte l'actualité avec un ton et un regard différent. L'émission est conçue par une bande de journalistes très talentueux et portée par Yann Barthès, un journaliste nouvelle génération", fait valoir Xavier Gandon. Et si Yann Barthès avait expliqué en septembre "on change tout... sans rien changer", on peut voir dans Quotidien la volonté de toucher un public plus large. "Il y a un humour un peu plus facile", note François Jost, professeur des universités en sciences de l'information et de la communication. L'auteur de Comprendre la télévision et ses programmes place le registre de l'émission "plus dans la grosse parodie, moins dans la finesse" que Le Petit Journal époque Barthès. "Le ton Barthès reste le même, mais plusieurs indices montrent qu'on essaie de ratisser un peu plus large", souligne-t-il également.

Un homme vs une équipe?

Hanouna, qualifié de "génie dans son domaine" par Franck Appietto, et Barthès, "un des animateurs les plus doués de sa génération" selon Xavier Gandon, sont des pépites choyées par leur chaîne. L'omniprésence de Cyril Hanouna continue de porter l'émission et la chaîne, d'autant qu'il produit plusieurs autres émissions sur C8, comme Derrière le poste, L'Oeuf ou la poule, Il en pense quoi Camille?. Dès qu'il quitte les commandes de TPMP, l'audience s'affaisse. On le voit sur notre infographie, les 10, 11 et 12 octobre, lorsque l'animateur a cédé sa place à Julien Courbet, avant Les 35 heures de Baba.

Yann Barthès, s'il est aussi essentiel à Quotidien, a davantage un rôle de chef de bande. Interrogé sur la possibilité d'étendre la présence de l'animateur sur TMC, Xavier Gandon est catégorique: "La capacité de fabriquer une émission comme Quotidien tous les jours est limitée: c'est un nombre de reportages, d'enquêtes, de décryptages considérable. Faire une émission d'1h15 comme ils le font tous les jours est un travail considérable. Quand bien même on voudrait en faire plus, ce n'est pas humainement possible".

Par ailleurs, Yann Barthès n'a pas vocation à jouer sur TMC, le rôle de l'animateur omniprésent. Même s'il est la nouvelle tête de pont de la chaîne, destiné à renouveler son image. "On avait la volonté de repositionner TMC à la rentrée, explique Xavier Gandon. On a proposé aux téléspectateurs une nouvelle grille, une identité, de renforcer l'identité et de diriger l'offre éditoriale de TMC vers un nouveau public, plus jeune, plus mixte, plus CSP+. On a cherché quelqu'un capable d'incarner la chaîne dans le cadre d'une émission à forte visibilité, quotidienne en access. On ne pouvait pas rêver de meilleur ambassadeur par rapport à notre nouvelle ambition éditoriale".

Fanzouzes et stratégie numérique

Sur le terrain d'Internet et des réseaux sociaux, les approches divergent aussi. Cyril Hanouna, très actif sur Twitter, est suivi par 4,19 millions de "fanzouzes". Yann Barthès n'a pas de compte Twitter. En revanche, Quotidien a une présence plus élaborée sur le réseau social, multipliant les teasers, les extraits, avec des formats spécialement étudiés pour le web. "C'est une émission qui marche très fort en télé, la plateforme Quotidien hébergé par MyTF1 rencontre un grand succès", souligne Xavier Gandon.

La présence sur le web de Touche pas à mon poste! repose, là encore, beaucoup sur la personnalité de Cyril Hanouna. Le compte officiel de TPMP est ainsi surtout le miroir de celui de l'animateur. Et si le succès de l'émission repose aussi sur les séquences et extraits partagés en ligne, ce sont souvent les autres médias qui s'en chargent. L'idée est plutôt d'attirer le public devant la télévision. "Il y a quelques années, on pensait que les jeunes allaient totalement se détacher de la télévision et ne plus la regarder. Or Cyril Hanouna a réussi, avec son sens du rythme, à ramener un public jeune devant l'écran", se réjouit Franck Appietto. TPMP reste donc, dans l'esprit du dirigeant de la chaîne, fortement ancrée dans la télévision.

Magali Rangin, infographie Emeline Gaube