BFMTV

Des jeunes testant le Service national universel ont leur pastille quotidienne à la TV

Une casquette du Service national universel

Une casquette du Service national universel - François Guillot - AFP

Cette pastille, durant laquelle les jeunes se filment au smartphone, est disponible sur une plateforme de France TV et diffusée sur la chaîne LCP.

Le "service national universel", testé depuis dimanche par 2.000 jeunes volontaires, a droit à sa pastille quotidienne diffusée sur des sites de France Télévisions et sur LCP, la chaîne parlementaire, pendant toute la durée du stage.

Ce mini-feuilleton de trois minutes fait témoigner 13 jeunes, pantalon bleu marine et polo blanc cocardé, dans les 13 centres qui les accueillent pendant deux semaines pour des activités physiques en pleine nature, des visites de sites, et une sensibilisation aux valeurs de liberté, égalité et fraternité.

"Donner la parole"

La pastille est diffusée depuis mercredi sur la plateforme education.francetv.fr, sur sa page Instagram, et sur la chaîne LCP dans l'émission du soir Ça vous regarde. Elle est produite par la société 2P2L, sans lien avec les rédactions de France Télévisions.

"L'idée est de donner la parole à ces jeunes qui s'engagent sur des sujets qui les intéressent", a déclaré à l'AFP Amel Cogard, directrice de l'unité d'éducation de France Télévisions.

Les jeunes, volontaires pour être filmés, racontent leur journée en se filmant au smartphone, et un caméraman fait le tour des centres pour enregistrer les entraînements et activités.

"Sujet brûlant"

Soutenue par les trois quarts des Français (74%) selon un récent sondage de l'institut IFOP, cette initiative du gouvernement est toutefois critiquée par certains, sceptiques sur la réalité d'une meilleure "cohésion" de la nation par la grâce de deux semaines passées en commun, et les commentaires acerbes se multiplient sur les réseaux sociaux depuis le début de l'expérimentation.

"C'est justement parce que le sujet est brûlant qu'il faut leur donner la parole", souligne Amel Cogard. Elle assure que si "demain un des jeunes trouve qu'il a passé une mauvaise journée, que c'était nul, qu'il n'a rien appris, on lui donnera la parole".

Dans les premiers épisodes, Quentin dit apprécier ses nouveaux amis, mais aussi la discipline du stage, tandis que Noël-David et Lucie se plaignent d'avoir eu bien chaud pendant la cérémonie du 18 juin.

Le dispositif, qui sera inscrit dans la Constitution, est appelé à se généraliser au fil des ans à l'ensemble d'une classe d'âge, soit 800.000 adolescents, ce qui représenterait à terme un budget annuel d'environ 1,6 milliard d'euros.

Benjamin Pierret avec AFP