BFMTV

Cyril Hanouna: "Je respecte le CSA"

Cyril Hanouna

Cyril Hanouna - Canal+

Cyril Hanouna s'est expliqué sur la séquence polémique de Touche pas à mon poste qui risque de lui valoir des sanctions pouvant aller jusqu'à la suppression de l'émission.

"Lorsqu'il y a des anomalies, des débordements qui transforment la distraction en avilissement, il est légitime d’intervenir". Alors que le CSA a annoncé mardi qu'une mesure sera prise à l'encontre de Touche Pas à Mon Poste, Cyril Hanouna s'est confié au magazine GQ et a assuré prendre très au sérieux les risques de sanction que court son émission.

"Franchement je ne m'en fous pas. Si le CSA représente les téléspectateurs, s'il y a des téléspectateurs qu'on a pu choquer, je respecte le CSA. Il faut toujours respecter les téléspectateurs. Mais c'est vrai qu'on ne le fait pas exprès, on ne se rend pas compte, parfois. L'émission cartonne, on rigole...", a déclaré l'animateur au magazine. 

"En direct, il peut y avoir des dérapages"

Cyril Hanouna est également revenu sur une séquence polémique qui remonte au 14 octobre et qui est particulièrement visée par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, saisi par de nombreux spectateurs ainsi que la ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol.

On y voit Jean-Michel Maire, chroniqueur de Touche Pas à Mon Poste, embrasser la poitrine d'une jeune femme en plein direct sous les rires du reste de l'équipe et de son patron. 

"J’ai immédiatement demandé à Jean-Michel Maire de s’excuser (...) Ça s’est passé durant les 35 heures en direct, et en direct, il peut y avoir des dérapages. J’ai dit que c’était un geste déplacé, je souhaite que ça ne se reproduise pas", a assuré Cyril Hanouna.

Une émission "où tout peut arriver"

Le présentateur a défendu son programme, "une émission où tout peut arriver", ce qui plaît aux nombreux fans qui la suivent et "font partie de l’émission" selon lui. "Tous les soirs quand je rentre, je lis les messages sur Twitter", a-t-il confié.

C'est d'ailleurs sur ce réseau social que les "fanzouzes" se sont mobilisés mardi soir sous le hashtag #NonALaSuppressionDeTpmp, afin de s'opposer à la suppression de Touche Pas à Mon Poste. Le CSA doit donner son verdict ce mercredi. 

Nawal Bonnefoy