BFMTV

Tom Neuwirth veut "tuer" son personnage de Conchita Wurst

Conchita Wurst à l'Eurovision à Copenhague en 2014

Conchita Wurst à l'Eurovision à Copenhague en 2014 - Jonathan Nackstrand - AFP

Sa victoire à l'Eurovision en 2014 l'avait propulsé au rang de véritable icone, mais aujourd'hui, le travesti Tom Neuwirth veut "se débarrasser" progressivement de Conchita Wurst.

Le 10 mai 2014, lors de la finale de l'Eurovision à Copenhague, le monde découvrait une nouvelle voix et un nouveau visage, ceux de Conchita Wurst. Trois ans après sa victoire au concours de chant européen et une exposition planétaire, le jeune travesti barbu, de son vrai nom Tom Neuwirth, entend visiblement passer à autre chose. Après avoir changé de look, le chanteur autrichien de 28 ans, mué en icone du mouvement LGBT, souhaite retrouver son identité et se défaire progressivement de celle qu'il a créée.

"Je n'ai plus besoin d'elle, je veux la tuer", assure l'interprète de Rise Like A Phoenix dans un entretien au site allemand Die Welt au sujet de Conchita Wurst. L'artiste explique être récemment passé par une phase d'introspection qui l'a conduit à s'interroger sur l'avenir de la "femme à barbe" qu'il avait créée. Un personnage qu'il n'est pas, comme il le répète.

"Je ne veux pas être une femme"

"Je suis et serai toujours Tom. Je ne veux pas être une femme, explique-t-il. J'aime les hommes, mais en tant qu'homme... Quand je suis habillé en Conchita, les hommes ne m'intéressent pas. En tant que travesti, je suis complètement asexuel."

Après la publication de l'entretien, Tom Neuwirth a tenu toutefois à nuancer ses propos concernant "la fin de Conchita Wurst". "Ils (le journal, NDLR) ont choisi de titrer "Je dois tuer Conchita" en une... Pas d'inquiétudes, ça ne va pas arriver tout de suite," partage-t-il à ses abonnés sur son compte Instagram.

Celui qui devrait sortir un second album courant 2017 s'est également exprimé sur cette image "d'icône gay" qui lui colle à la peau depuis sa victoire à l'Eurovision, "un honneur" qu'il avoue n'être pas sûr de mériter. "Je pense que je continuerai à exprimer publiquement mes opinions et mes croyances, je continuerai à me battre pour les causes qui me semblent justes et s'il y a des gens qui veulent me rejoindre, alors je les accueillerai chaleureusement".

Fabien Morin