BFMTV

Pourquoi la presse britannique se passionne-t-elle pour les doigts de Kate Middleton?

Kate Middleton à Wimbledon en 2018

Kate Middleton à Wimbledon en 2018 - Arthur Edwards - AFP

En consacrant sa une à la longueur des doigts de Kate Middleton, un média britannique a lancé un véritable débat Outre-Manche et provoqué quelques réactions sidérées.

C'est une drôle de bataille qui se livre sur les réseaux sociaux depuis lundi. Avec une simple photographie en une, le Daily Mail a soulevé une question que personne n'avait vue venir. "Pourquoi les doigts de Kate (Middleton, NDLR) ont tous la même taille?", titre le journal britannique, cliché à l'appui. On penserait qu'une telle interrogation ne ferait pas l'objet d'un débat national. Et pourtant. 

La photographie incriminée a été prise lors d'un déplacement de la duchesse de Cambridge dans une école primaire d'Oxford, au nord de Londres, le 6 mars. Après quelques premières photographies postées sur le Web (et reprises par d'autres tabloïds), c'est la publication de l'un des clichés en première page du journal qui a interpellé l'Angleterre et donné lieu à un débat sur les réseaux sociaux: l'index, le majeur et l'annulaire de la duchesse font-ils vraiment la même taille?

Contre-attaque des partisans du "non"

Visiblement, pour tout le monde (à part le Daily Mail), la réponse semble être non. De nombreux internautes se sont précipités sur Twitter pour rétablir leur vérité: les doigts de Kate Middleton ne font pas la même taille.

"Ou sinon, plus exactement: pourquoi 75% des doigts de Kate ont-il une taille à peu près similaire?", corrige un utilisateur du réseau social. "Ils ont LITTÉRALEMENT dessiné un carré autour des doigts de Kate pour montrer qu'ils ne font pas la même taille", s'étonne un autre. 

Loin de ces considérations digitales, certains internautes préfèrent questionner le choix éditorial du Daily Mail. Beaucoup s'étonnent que le quotidien ait décidé de consacrer une partie non négligeable de sa une aux doigts de la duchesse. Selon beaucoup d'autres, le tabloid a été jusqu'à dédier deux pages entières au mystère. Qui, malgré toutes ces réactions, reste entier.

De cette surprenante question, le média a malgré tout réussi à tirer un intérêt scientifique. Ainsi, il rapporte qu'un long index peut augmenter les risques de schizophrénie, d'allergies, d'eczéma et, chez les femmes, de cancer du sein, ainsi qu'une plus grande fertilité.

B.P.