BFMTV

Pour son mariage, la princesse Béatrice portait une robe vintage prêtée par la reine Elizabeth

La princesse Béatrice, petite-fille de la reine Elizabeth II, lors de son mariage, le 18 juillet 2020.

La princesse Béatrice, petite-fille de la reine Elizabeth II, lors de son mariage, le 18 juillet 2020. - Benjamin Wheeler - Bunckingham Palace - AFP

La petite-fille de la reine Elizabeth s'est mariée vendredi dans la plus grande discrétion. Elle portait une robe et une tiare prêtées par sa grand-mère.

La princesse Béatrice a convolé très discrètement, vendredi 17 juillet. Alors que son père le prince Andrew est toujours mis en cause dans l'affaire Epstein, la petite-fille de la reine n'a eu droit qu'à une cérémonie privée à Windsor. La reine est tout de même sortie de son confinement, avec le prince Philip, pour assister à la cérémonie.

Initialement prévu le 29 mai à Londres, le mariage avait été reporté en raison de la pandémie de nouveau coronavirus. La nouvelle date n'avait pas été annoncée.

Robe vintage et tiare de diamant

Quelques photos officielles du mariage ont tout de même été diffusées, permettant de constater que la princesse arborait une robe vintage, portée par la reine à plusieurs occasions dans les années 1960, et dessinée par le créateur britannique Norman Hartnell, déjà à l'origine de la robe de mariage de la reine, et de celle qu'elle portait lors de son couronnement.

La robe avait été adaptée par les designers Angela Kelly et Stewart Parvin, qui y ont notamment ajouté des épaulettes en organza.

Surtout, la reine avait prêté à sa petite-fille la précieuse tiare couverte de diamants, qu'elle portait lors de son propre mariage en 1947. Elle avait déjà prêté le bijou à sa fille, la princesse Anne, pour son mariage en 1973. Cette tiare a été créée en 1919 à partir d'un collier ayant appartenu à la reine Victoria. Elle a appartenu à la reine Mary, grand-mère de la reine Elizabeth II.

Une tenue très symbolique, donc, pour la princesse Béatrice, neuvième dans l'ordre de succession au trône britannique.

Magali Rangin