BFMTV

Gad Elmaleh face aux accusations de plagiat: "J'avance, c'est ça qui est important"

Le comique retrouve le théâtre avec L'Invitation. Il s'est confié à BFMTV au sujet de cette nouvelle pièce, dans laquelle il donne la réplique à Philippe Lellouche, et s'exprime sur les accusations de plagiat dont il fait l'objet depuis quelques mois.

Gad Elmaleh est de retour sur les planches. Pour la première fois depuis 20 ans, il se produit au théâtre dans L’Invitation, une pièce de Hadrien Raccah dont il partage l’affiche avec Philippe Lellouche et Lucie Jeanne.

Dans cette comédie sur l’infidélité jouée au théâtre de la Madeleine, Gad Elmaleh interprète un coureur de jupons qui doit trouver un bon copain comme alibi face à sa femme, en échange d’un cadeau bien mystérieux. Une intrigue qui laisse place, souvent, à l’improvisation entre les deux acteurs:

"J’ai des challenges tous les soirs", explique Gad Elmaleh. "Non pas le déstabiliser, mais le surprendre (…) Faire des passes décisives et voir l’autre marquer un but, c’est jubilatoire. Dès que ça rit, c’est bon."

Le travail face aux critiques

Remonter sur scène, c'est aussi un moyen de faire face à la controverse. Pointé du doigt depuis des mois à la suite d'accusations de plagiat, Gad Elmaleh préfère se concentrer sur son travail. Celui qui vient de remonter sur les planches dans la pièce L'Invitation se confie ce lundi à BFMTV:

"Je suis dans le travail. Je suis au théâtre tous les soirs, j'écris mon nouveau spectacle... J'avance, c'est ça qui est important", explique le comique.

"C'est un peu normal"

Le comédien est sous le feu des critiques depuis la révélation, par le YouTubeur CopyComic, des similitudes entre certains de ses sketches et ceux de confrères. Pour lui, le scandale qui accompagne ces images s'apparente à des "turbulences": 

"Je n'ai pas envie de dire que c'est bien quand ça arrive, mais c'est un peu normal. C'est des turbulences. Ça vole haut, vite, fort, et il y a des petites turbulences, mais ce n'est pas grave."

L'Invitation est à découvrir au théâtre jusqu'au 15 juin prochain.

Lorène de Susbielle avec Benjamin Pierret