BFMTV

Cats: plein les yeux et plein les oreilles

-

- - Stage

Cats, un des plus grand succès de l'histoire de la comédie musicale, est repris au théâtre Mogador depuis le 1er octobre.

L’histoire

Un grand bal de chats, un soir, dans une décharge à Londres, où doit être choisi un chat appelé à renaître.

Le compositeur 

Le Britannique Andrew Lyod Weber est un des papes de la comédie musicale. On lui doit Jesus Christ Superstar, Le fantôme de l’opéra ou encore Evita. Pour Cats, il a choisi d’adapter un recueil de poèmes pour enfants de l’écrivain américano-britannique T. S. Eliot, Le guide des chats du vieil opposum (Old possum's book of practical cats, 1939), que sa mère lui lisait enfant.

Cats a été créé en 1981 à Londres, puis l’année suivante à Broadway (où le spectacle sera joué sans interruption jusqu’en 2000), et enfin en 1989 en France au théâtre de Paris, une version qui reçut un Molière mais qu’Andrew Lloyd Weber avait trouvée médiocre. Puis, le musical a été récréé l’an dernier à Londres et c’est cette version qui est fidèlement reproduite aujourd’hui au théâtre Mogador sous le regard sourcilleux des britanniques. Andrew Lloyd Weber, venu à Paris assister à une répétition, s’est dit cette fois satisfait. 

Ce qu’on en pense

Oubliez les comédies musicales à la française du Palais des Congrès ou du Palais des Sports, avec musique en playback et décors virtuels. Ici, la musique est jouée en live par un orchestre de 8 musiciens (qui sont malheureusement en coulisses, mais qui viennent saluer à la fin le public pour prouver leur existence), et un décor imposant qui déborde de la scène pour envahir une partie du théâtre.

Autrement dit, c’est comme à Broadway… ou presque. En effet, les paroles des chansons sont traduites en français afin de toucher un plus large public. Telle est la recette du néerlandais Stage Entertainement, qui est à la fois producteur et exploitant de salles. En France, Stage a racheté il y a dix ans le théâtre Mogador, où il a déjà présenté Le Roi Lion, Mamma Mia, Sister Act, La belle et la bête, Le bal des vampires, et donc aujourd’hui Cats. Au total, ces spectacles (dont chacun a un budget moyen de 4 millions d’euros) ont déjà attiré 3,5 millions de spectateurs et reçu quatre Molières.

Le point faible de Cats reste l’intrigue, car il n’y en a pas vraiment. Le spectacle est essentiellement une succession de tableaux sans réel lien entre eux.

Mais le spectacle est surtout destiné à émerveiller yeux et oreilles. Le célèbre tube Memory, qui fut notamment repris par Barbra Streisand, est ici magnifiquement interprété par Prisca Demarez. On est aussi ébloui par les costumes et les maquillages très glam rock des 22 interprètes, les nombreux ballets parfaitement chorégraphiés, et enfin les jeux de lumière (1.300 ampoules), notamment lors du prologue où seuls les yeux des chats apparaissent dans l’obscurité…

A noter que Mogador propose une offre Prestige, qui inclut une coupe de champagne, un petit en-cas à l’entracte, et surtout à l’issue de la représentation, une visite fort instructive des coulisses où l'on peut poser toutes ses questions en petit comité. Ce qui assez logique vu le prix de cette offre : 250 euros la place en carré or, au lieu de 85 euros.

Jamal Henni