BFMTV

Mental, la websérie pour ados qui change le regard sur les maladies mentales

Mental

Mental - France Tv Slash

Entre personnages attachants et répliques bien pensées, la nouvelle série pour ados de France TV Slash, qui évoque la question de la santé mentale chez les jeunes, est une réussite.

Le weekend s'annonce froid et pluvieux? Pour siroter une grenadine en terrasse, ok, c'est fichu. Mais il semblerait, ceci dit, que les conditions idéales soient réunies pour binge-watcher une série sous votre couette, une boisson chaude dans les mains. L'occasion parfaite, donc, de commencer à regarder Mental.

Mental, c'est la toute dernière série de la plateforme de France TV Slash. Après le succès de Skam France, la plateforme de France Télévisions propose ici un nouveau programme pour ados qui comme son nom l'indique, s'intéresse au sujet de la santé mentale. On vous donne trois bonnes raisons de vous y mettre. 

1 - Les maladies mentales traitées avec humour et sans pathos 

Bienvenue aux Primevères, un service de pédopsychiatrie dans une clinique en Auvergne, où sont soignés des patients adolescents, atteints de différents troubles mentaux. Le sujet est sensible, et d'actualité. Mais il est traité avec tact et justesse, humour et émotion, sans tomber une seule fois dans les clichés qui collent à la peau des personnes atteintes de maladies mentales.

Cette approche pertinente est le résultat d'un long travail de documentation, puisque les scénaristes ont été encadrés par des pédopsychiatres qui leur ont ouvert les portes de leurs structures. "Nous avons visité des cliniques, des maisons d'ados, on a assisté à des groupes de parole, nous avons rencontré d'anciens patients, des patients actuels…", a expliqué au Parisien Marine Maugrain-Legagneur, co-scénariste du programme. 

Mental réussit également à ne pas réduire ses personnages à leur maladie. Ces ados, comme le ferait n'importe quel ado, boivent en cachette, râlent quand on leur confisque leur smarphone, parlent de sexe et surtout, cherchent à construire des amitiés solides, pour aider à traverser un quotidien pas toujours très heureux. "On a voulu traiter des troubles psychiques chez les adolescents de leur point de vue et non pas de celui du personnel soignant", a confié à 20 Minutes Augustin Bernard, co-producteur de la série.

2 - Des personnages attachants

Le premier épisode s'ouvre sur l'histoire de Marvin, ado de 17 ans, bougon et colérique qui ne sait pas trop ce qu'il fait là, "chez les fous" comme il dit. Il fait ensuite la connaissance de Simon, son colocataire borderline, Mélodie, qui est bipolaire, et Estelle, la plus jeune, schizophrène qui entend des voix et souffre d'hallucinations. Entre accès de colères, provoc', flirt et confessions, le petit groupe illustre l'adolescence à son état brut. 

Cet éventail d'émotions et personnalités permet ainsi à chaque téléspectateurs de s'identifier, et invite au dialogue ceux qui, peut-être, n'osaient pas jusqu'alors exprimer leur mal-être. "On a toutes et tous une santé mentale. Si tu penses souffrir de troubles psychiques, tu peux en parler", indique d'ailleurs France Tv Slash dans la description de chaque épisode. 

3 - Des punchlines bien senties

"J'ai juste des émotions, mais aujourd'hui c'est pas autorisé", confie Simon lorsque Marvin lui demande "Pourquoi t'es là?". Dans Mental, les traits d'humour flirtent avec des répliques lourdes de sens, dans un ping-pong bien pensé qui ne tombe ni dans la lourdeur, ni dans le pathos. "Viens, on essaie de survivre à cette journée", comme leit-motiv. On a bien évidemment adoré la référence au Joker, grand ennemi de Batman à l'esprit torturé, lorsque Mélodie lance un "Why so serious?" hilare à Marvin lors de son arrivée.

Nawal Bonnefoy