BFMTV

La série Skam France pourrait connaître une 7e et une 8e saison

Image du teasing de Skam France saison 5

Image du teasing de Skam France saison 5 - Capture d'écran - Skam France - France TV Slash

La série, très populaire, a déjà cumulé plus de 100 millions de visionnages depuis son lancement en 2018.

La série Skam France, adaptation à succès d'une série norvégienne qui a dépoussiéré les programmes destinés à la jeunesse, pourrait connaître une 7e et une 8e saison, alors que la 5e a tout juste démarré.

"On a eu 4 saisons de Skam, la 5e arrive sur les écrans, c'est une création totalement française", puisque la version norvégienne s'était arrêtée au bout de sa 4e saison, a rappelé la PDG de France Télévisions Delphine Ernotte, lors d'une audition devant la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale.

"Un vrai phénomène de société"

La diffusion de la 5e saison a débuté lundi sur Slash, l'offre numérique de France Télévisions destinée aux jeunes. Les quatre saisons précédentes de cette série lancée en 2018 ont cumulé plus de 100 millions de visionnages, selon le groupe public. Outre cette nouvelle saison 5 et une 6e qui est d'ores et déjà prévue, "on est en discussions pour la 7 et la 8", a ajouté Delphine Ernotte.

"C'est un vrai phénomène de société qui n'est pas tellement perçu par les adultes, mais qui est majeur chez les jeunes autour de 16 ans", et pour France Télévisions, "Skam est un vrai bouleversement éditorial", a également fait valoir la dirigeante.

La série est très moderne sur le fond dans sa manière d'aborder des thématiques comme le harcèlement et la psychologie des personnages. Mais est également novatrice pour sa diffusion qui exploite tous les outils numériques: des clips sont diffusés toute la semaine sur le site et l'application France.tv Slash, avant la mise en ligne d'un nouvel épisode complet le vendredi à 18H, ensuite rediffusé sur YouTube le dimanche matin. Et parallèlement, on peut suivre la vie des protagonistes sur Instagram. Elle bénéficie également d'une diffusion ultérieure à la télévision.

J.L. avec AFP