BFMTV

Joséphine, ange gardien accusé de racisme: la réponse du CSA

Mimie Mathy dasn "Joséphine Ange gardien"

Mimie Mathy dasn "Joséphine Ange gardien" - TF1

Le CSA avait été saisi après la diffusion en août d'un épisode de Joséphine, ange gardien jugé raciste.

Vivement critiqué au moment de sa diffusion le 26 août dernier sur TF1, le double épisode de Joséphine, ange gardien consacré à l'esclavage a fait l'objet d'une plainte au CSA. En cause: l'évocation de l'une des périodes les plus sombres de l'Histoire par le prisme d'une série familiale au ton humoristique.

"L’esclavage c’est des viols, des violences, des tortures, une déshumanisation des personnes Noires, on séparait les enfants de leur parents, les époux, les frères et les sœurs et ça en fait une comédie", avait écrit une internaute au moment de la diffusion de l'épisode intitulé Enfin libres!

"La liberté de création des auteurs"

Trois mois après les faits, le CSA a rendu publique sa décision et estime que la série de Mimie Mathy est dans son droit: "Après examen, le Conseil a constaté que les séquences litigieuses relevaient d’une fiction et donc de la liberté de création des auteurs. Par ailleurs, cette fiction n’éludait pas les conditions de vie inhumaines réservées aux personnes mises en esclavage, ainsi que leur combat pour le respect de leur dignité et de leur liberté", peut-on lire sur le site du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, qui conclut:

"S’il a compris l’émotion suscitée par le thème de cet épisode, le CSA a considéré que la chaîne n’avait pas manqué à ses obligations légales et conventionnelles. Il a répondu en ce sens aux plaignants."
Jérôme Lachasse