BFMTV

Roselyne Bachelot n'écarte pas la possibilité de faire tester les spectateurs par les salles

Roselyne Bachelot

Roselyne Bachelot - Loic Venance

La ministère de la Culture a émis ce vendredi l'hypothèse de faire tester les spectateurs par les lieux culturels afin de permettre leur réouverture.

Interrogée ce vendredi matin sur Franceinfo, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a indiqué qu'elle n'écartait pas la possibilité de faire tester les spectateurs par les salles afin de permettre leur réouverture.

La ministre dit étudier "avec soin" l'essai encourageant réalisé le 12 décembre à Barcelone pour déterminer si on peut assister sans risque à un concert. Plusieurs centaines de personnes s'étaient en effet rendues dans la salle Apolo de la ville pour un concert, munis d'un masque FFP2 et après avoir été testés négatifs au coronavirus par le biais d'un test antigénique. Fin décembre, les directeurs de l'essai ont dévoilé que tous les participants avaient été testés négatifs au coronavirus huit jours plus tard.

"Je regarde avec soin et on va en parler avec les professionnels [du milieu du spectacle] cet après-midi", a-t-elle indiqué, avant d'émettre l'idée de créer un label pour indiquer les lieux culturels pouvant assurer des tests avant de fairer entrer leur public.

Le variant britannique "change la donne pour prendre des décisions"

"On va en discuter avec les professionnels pour voir comment on pourrait avancer avec des conditions (...) très strictes et qui imposeraient au minimum le fait d'avoir un test négatif pour entrer dans les salles", a-t-elle ajouté, en jugeant l'expérience espagnole "intéressante".

Concernant la réouverture des salles, Roselyne Bachelot ne veut pas s'engager sur une nouvelle date: "Ne recommençons pas à enfermer la décision politique dans des dates [...] Je ne prends pas d'engagement", a-t-elle déclaré.

Les dates du 15 décembre, puis du 7 janvier, considérées par beaucoup comme des dates de réouverture, étaient en réalité des dates de revoyure, pour réexaminer le dossier, et ont créé beaucoup de faux espoirs, a-t-elle précisé, en concédant que le variant britannique "change beaucoup la donne pour prendre des décisions".

"Je fais tout pour que [la réouverture soit] possible, mais nous avons un certain nombre d'incertitudes liées au nouveau mode de la pandémie", a-t-elle encore martelé, en se disant optimiste, malgré tout, pour les festivals: "les festivals, et en particulier les festivals d'été, je suis confiante, on doit pouvoir y arriver, on croise les doigts."

Et la ministre de conclure: "Je mets toutes mes tripes sur la table pour protéger le monde de la culture [...] je suis là pour faire vivre la culture."

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV