BFMTV

Ricky Martin répond aux propos "racistes" de Donald Trump dans une lettre

Ricky Martin

Ricky Martin - Alexander Tamargo - Getty - AFP

Le chanteur de 43 ans en veut également au tonitruant milliardaire pour avoir fait sortir de la salle un journaliste hispanique le jour de sa conférence de presse.

Le dernier dérapage de Donald Trump n’a visiblement pas plu au chanteur Ricky Martin. Lors de sa conférence de presse, le 25 août dernier, le tonitruant milliardaire avait fait sortir de la salle le journaliste hispanique, Jorge Ramos pour avoir pour poser une question "sans y avoir été invité".

Interrogé sur cet incident, Donald Trump a expliqué que le journaliste n'avait pas respecté les règles. "Il s'est levé et a commencé à crier", a-t-il affirmé. Le journaliste a pu ensuite revenir dans la salle et poser plusieurs questions au candidat sur l'immigration.

Des commentaires "racistes, absurdes, incohérents et ignorants"

Tenant à revenir sur l’évènement, le chanteur Ricky Martin a alors rédigé un éditorial pour Univision, le réseau de chaînes télé pour lequel officie Jorge Ramos: 

"Jorge Ramos à Trump: 'Je dispose d'un droit en tant que citoyen, immigré et reporter, de poser des questions'. Le fait qu'un individu comme Donald Trump, un candidat à la présidence des Etats-Unis pour le Parti républicain, ait l'audace de continuer à harceler la communauté Latino me fait sortir de mes gonds. Comment ce personnage a-t-il pu penser qu'il pouvait faire des commentaires racistes, absurdes et par-dessus tout incohérents et ignorants à propos de nous, les latinos?

Depuis le début, son intervention est claire: faire des déclarations barbares et mentir afin de rester pertinent aux yeux de l'opinion publique ou pour rester dans le radar des médias. L'épisode d'hier [le 25 août dernier] contre le journaliste Jorge Ramos, l'un des journalistes latinos le plus aimé et le plus respecté dans les médias du monde a marqué le point du 'trop c'est trop'.

"Cet acte de Trump ne me surprend pas"

Jorge Ramos ne faisait que son travail de journaliste lors de cette conférence de presse dans laquelle il est intervenu de façon libre et démocratique, en représentant l'un des plus importants réseaux de télévision latino dans le monde, avec le droit d'exercer librement sa profession au même titre que tous les autres journalistes.

Mais ce nouveau personnage sur l’échiquier politique américain l'a verbalement attaqué et l'a éjecté de sa conférence de presse. Cet acte de Trump ne me surprend pas, ce qui me surprend est que nous les hispaniques, nous continuons à accepter les agressions et les atteintes à notre dignité de la part de gens comme lui. Trop c'est trop!

Si nous sommes unis pour certaines choses, nous devrions l'être aussi pour d'autres choses. Nous avons déjà montré aux Etats-Unis qui nous étions et que nous n'acceptons pas ce genre de comportements. Nous devons défaire le pouvoir que Trump prétend avoir sur la communauté latino, qui est ancré dans ses discours marqués par la xénophobie et sa rhétorique ridicule et dont son équipe de campagne est convaincue.

"Nous devons nous battre ensemble"

Montrons que la "race" latine doit être respectée, ne laissons pas un politicien avoir l'espoir de fonder sa campagne à travers l'humiliation et les insultes. Exigeons le respect pour les premières générations latines qui ont immigré aux Etats-Unis qui ont ouvert un chemin pour nous.

Nous nous sommes battus pour chaque droit que nous possédons aujourd'hui. Utiliser la xénophobie est ce qu'il y a de plus bas en matière de stratégie politique. Ceci est une cause pour laquelle nous sommes unis et pour laquelle nous devons nous battre ensemble, non seulement pour l'évolution de l'humanité, mais aussi pour ce qui viendra après", a ainsi écrit l’artiste de 43 ans. 

R.I