BFMTV

Mustapha El Atrassi, la thérapie par le rire

Mustapha El Atrassi à l'affiche de son spectacle "Troisième degré"

Mustapha El Atrassi à l'affiche de son spectacle "Troisième degré" - -

L'humoriste reprend son one-man-show politiquement incorrect Troisième degré au Grand point virgule.

A 31 ans, Mustapha El Atrassi sort d'une dépression et a choisi la thérapie par le rire. L'humoriste le raconte lui-même dans son dernier one-man-show, Troisième degré, créé au Point Virgule l'an passé et repris cette année au Grand Point Virgule.

L'humoriste (vu notamment dans On n'est pas couché, On a tout essayé, Salut les terriens, Le Grand journal...) adopte un rythme plus tranquille que dans son one-man-show précédent, Deuxième degré, où il enchaînait vanne sur vanne. Mais son humour est resté acide et politiquement incorrect. 

Maître de l'improvisation

Comme précédemment, l'humour "ethnique" constitue une bonne part du spectacle: El Atrassi se moque des juifs, des noirs, des arabes... A la fin du spectacle, il cesse brièvement de faire de l'humour pour prendre la défense de l'islam (sa religion revendiquée) et du voile.

Mais là où l'humoriste est le meilleur, c'est dans l'improvisation, en particulier dans les interactions avec son public, qu'il agresse sans ménagement. Le spectacle part alors en vrille pendant de longs moments, et les spectateurs, ravis, en redemandent.

Jamal Henni