BFMTV

Yvette Horner: ses collaborations les plus folles

-

- - -

Yvette Horner, reine du bal musette et déesse de l'accordéon, s'est éteinte le 11 juin à l'âge de 95 ans. Au fil de sa longue carrière elle avait su se réinventer avec humour, au gré de collaborations parfois improbables.

Elle a régné sans partage sur le monde de l'accordéon. Yvette Horner, morte lundi 11 juin "des suites d'une vie bien remplie", selon les mots de Jean-Pierre Brun son agent, a su tout au long de sa carrière, évoluer, et s'entourer d'artistes aux antipodes du bal musette. Et devenir une icône aussi à l'aise avec Tchaïkovski que Jimmy Somerville.

Des collaborations étonnantes

L'une de ses collaborations les plus marquantes n'est pas musicale. C'est celle qu'elle a eue avec le couturier Jean-Paul Gaultier, à la fin des années 1980. Troquant ses cheveux noirs contre une chevelure rousse et adoptant les vêtements dessinés par le créateur, Yvette Horner a rajeuni son image, devenant un personnage un peu décalé.

En 1999, on la retrouve dans un Casse-noisette revisité par le chorégraphe Maurice Béjart sur la scène du Châtelet, toujours habillée par Jean-Paul Gaultier.

Yvette Horner dans Casse-Noisette mise en scène par Maurice Béjart en 1999.
Yvette Horner dans Casse-Noisette mise en scène par Maurice Béjart en 1999. © Pierre Verdy - AFP

Des duos éclectiques

Julien Doré (pour son album Bichon) mais aussi Lio, Didier Lockwood, Michel Legrand (tous trois invités sur son album Hors Norme, en 2012) ou Enrico Macias... tous ont joué ou chanté avec Yvette Horner.

Mais dès les années 1970, l'ex-égérie du Tour de France, a su changer de registre, et enregistré un disque de musique country dans le berceau de ce style musical, à Nashville, avec l'harmoniciste Charlie McCoy.

A l'occasion d'un Taratata en 1994, la diva de l'accordéon interprète Summertime de George Gershwin, avec le chanteur britannique Boy George.

L'un de ses morceaux les plus étranges est peut-être Play Yvette, ce titre d'Eurodance, enregistré en 1990 avec Andy Shaft.

On l'a vue également en 1997, lors de la Nuit Europride, jouer sur la pelouse de Reuilly, avec le chanteur écossais Jimmy Somerville (auteur de Smalltown Boy, remis au goût du jour par le film 120 battements par minute).

Des reprises improbables

Sa reprise du tube de Michael Jackson, Bad - et sa tenue glam-futuriste sur la pochette - sont absolument collector.

Dirigée par Quincy Jones en 1989 pour le spectacle du bicentenaire à la Bastille, elle joue David Bowie et se produit aussi bien aux Francofolies de La Rochelle qu'au Casino de Paris, où elle s'essaie... au rap, précise également l'AFP.

Magali Rangin