BFMTV

Violences policières: Théo Luhaka sort un premier album, une forme de "thérapie personnelle"

Le jeune Théo, victime de violences policières en 2017, et désormais handicapé à vie, s'est mis à la musique pour s'exprimer et "avancer".

Son nom est associé à l'une des plus grosses affaires de violences policières de ces dernières années. Théodore Luhaka, plus connu sous le nom de Théo, a décidé de se tourner vers la musique, pour exprimer et exorciser ce qu'il a vécu. Son album sortira le 19 février prochain.

"C'était plus une thérapie personnelle. Parce que pour avancer, il faut savoir parler. Beaucoup de gens me demandent comment je vais. Ça n'ira plus jamais, dans le sens où je suis handicapé à vie. Je pourrai toujours aller mieux qu'hier. Mais ça n'ira plus jamais comme avant."

"Retrouver le vrai Théo"

Sa vie bascule le 2 février 2017, lors d'une violente nterpellation, dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois. Théo a 22 ans. Il est grièvement blessé par une matraque télescopique maniée par un policier. Ce qui devient rapidement "l'affaire Théo" choque l'opinion publique. Un peu partout en France, des manifestations sont organisées en soutien au jeune himme.

Cet album est aussi pour rendre hommage à ces centaines de milliers de gens, qui l'ont soutenu.

"Il y a des gens qui sont partis faire des manifestations, des parents qui se sont levés... Je ne pouvais pas rester comme ça, sans (donner de) nouvelles, faire le mort."

Aujourd'hui, à 26 ans, Théo ne peut plus travailler. Ses déplacements sont limités. Mais malgré toutes les séquelles, il a décidé d'avancer.

"On va essayer de retrouver le vrai Théo. Le vrai Théo, il est plein de projets, il est plein de rêves. À un moment donné, il faut faire un choix. Soit on vit, soit on meurt. Mon cœur bat encore. J'ai envie. On essaie de vivre.

Si trois des policiers impliqués ont été renvoyés aux assises, le procès n'a toujours pas eu lieu. Les poursuites pour viol ont été abandonnées car l'instruction a conclu que l'intention du policier - qui maniait la matraque - de blesser Théodore Luhaka au niveau de l'anus n'est pas caractérisée. Il ressort donc de l'enquête que l'élément moral indispensable à la qualification de viol n'est pas établi.

Nicolas Béhar avec Magali Rangin