BFMTV

Tom Waits fait condamner Bartabas qui avait utilisé ses chansons dans un spectacle

Tom Waits à New York en 2011

Tom Waits à New York en 2011 - Michael loccisano - Getty Images North America - AFP

Tom Waits reprochait à Bartabas d'avoir utilisé et même "altéré" une quinzaine de ses chansons ou enregistrements et de s'être inspiré de son univers visuel pour un spectacle.

Le metteur en scène Bartabas a été condamné à verser 60.000 euros au chanteur américain Tom Waits dont il avait utilisé, sans son accord, des chansons et l'image dans un spectacle en 2015 et 2016.

Le chanteur reprochait au directeur du théâtre équestre d'avoir utilisé et même "altéré" une quinzaine de ses chansons ou enregistrements et de s'être inspiré de son univers visuel, dans le spectacle équestre On achève bien les anges (Elegies), dont il y a eu au total 268 représentations. 

Il dénonçait notamment "une atteinte à l'esprit des chansons détournées de leur sens originel pour constituer le substrat d'un spectacle équestre n'en restituant pas l'émotion", selon le jugement du tribunal de grande instance de Paris, qui a été rendu le 8 février et dont l'AFP a obtenu copie.

"Proche du mimétisme"

Le tribunal a jugé que Bartabas et sa société Zingaro avaient porté atteinte aux droits de la personnalité de Tom Waits "en reprenant les éléments constitutifs de son apparence, en reproduisant sa photographie dans le dossier de presse de ce spectacle et en utilisant son nom pour la promotion du spectacle sans son autorisation". 

Il ressort que Bartabas "a repris les caractéristiques du personnage de Tom Waits - même vêtements noirs, même forme de chapeau, mêmes posture et gestuelle, même expression du visage - (...) ce qui apparaît ici proche du mimétisme", selon le tribunal.

La possibilité d'un appel

Le metteur en scène a de plus porté atteinte au droit d'auteur du chanteur californien sur dix œuvres musicales, a jugé le tribunal. Au total, Bartabas devra verser 60.000 euros à Tom Waits, un montant qui comprend le remboursement des frais judiciaires à hauteur de 20.000 euros.

L'avocat de Tom Waits, André Schmidt, a cependant expliqué à l'AFP "ne pas être satisfait" de ce jugement, qui "répond de façon négative à une partie des demandes". Il étudie donc la possibilité d'un appel. Contactée, l'avocate de Bartabas n'a pas souhaité s'exprimer. En 2016, Tom Waits avait essayé, sans succès, de faire interdire le spectacle de Bartabas.

Jérôme Lachasse avec AFP