BFMTV

Stromae se serait "sans doute suicidé" si son frère n'avait pas été là

Stromae en octobre 2015 à New York

Stromae en octobre 2015 à New York - Matthew Eisman - Getty Images North America - AFP

En retrait de la vie médiatique et de la scène à cause de problèmes de santé, le chanteur belge s'est confié sans filtre à France Ô, évoquant le jour où il a failli commettre l'irréparable.

Stromae est sorti de son silence médiatique le temps d'une interview à France Ô. L'artiste belge, qui a mis sa carrière en pause en raison de problèmes de santé, s'est confié à l'occasion de Malaria Business, un documentaire du magazine Investigatiôns, qui sera diffusé le 29 novembre prochain à 20h55. 

"Tout prédisposé à péter un plomb"

Dans un extrait diffusé en exclusivité par le site PurePeople, le chanteur parle des crises d'angoisses dont il est victime depuis deux ans, effets secondaires du Lariam. Et raconte comment il a failli commettre l'irréparable lors de sa tournée en Afrique, un soir de juin 2015 où il était "stressé", "épuisé", "tout prédisposé à péter un plomb".

"L'accélérateur c'était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m'en rendais pas compte, on n'a pas le recul. C'est de la paranoïa, c'est plein de trucs", explique-t-il. "Mon frère a eu le déclic. Il s'est rendu compte qu'il y avait un truc qui n'allait pas. Et je pense que s'il n'avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Ça, c'est sûr. Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça. S'il n'avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd'hui".

Début octobre, Stromae avait confié à Libération avoir fait "une décompensation psychique" qui lui faisait "perdre la boule complètement". Celui qui n'a "plus du tout envie de chanter" fait désormais "une pause à durée indetérminée", en attendant d'aller mieux.

Nawal Bonnefoy