BFMTV

Mort de la légendaire chanteuse britannique Vera Lynn à l'âge de 103 ans

La chanteuse Vera Lynn en 2009

La chanteuse Vera Lynn en 2009 - Shaun Curry - AFP

La chanteuse, morte ce jeudi, a connu une nouvelle jeunesse pendant le confinement. Surnommée la "fiancée des forces armées", elle a été toute sa vie une fervente supporter des soldats.

Vera Lynn, légendaire chanteuse britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, dont le célèbre titre We'll meet again a connu une nouvelle jeunesse pendant le confinement, est morte jeudi à l'âge de 103 ans, a annoncé sa famille.

En mars, juste avant de souffler ses 103 bougies et en pleine pandémie de nouveau coronavirus, Vera Lynn avait encouragé la population à retrouver "le même esprit qui nous a traversés la guerre".

Star du confinement

La reine Elisabeth II lui avait emprunté le titre de sa célèbre chanson destinée à remonter le moral des troupes lors d'un discours prononcé le 5 avril destiné à insuffler de l'espoir aux Britanniques soumis au confinement.

"Des jours meilleurs viendront: nous retrouverons nos amis, nous retrouverons nos familles, nous nous retrouverons de nouveau", avait déclaré la monarque.

La population avait même été invitée à entonner ce titre en mai dernier pour marquer le 75e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945.

A cette occasion, l'album Vera Lynn 100 s'était retrouvé à la 30e place des charts britanniques, faisant de "Dame Vera" l'artiste la plus âgée à figurer dans le top 40 des albums les plus vendus au Royaume-Uni. 

La "fiancée des forces armées"

Née le 20 mars 1917 à Londres, Vera Lynn était aussi connue pour avoir chanté The White Cliffs of Dover, There'll Always Be An England, et If Only I Had Wings pour donner du courage aux Britanniques pendant le Blitz, le bombardement nazi. On lui doit aussi une fameuse reprise de Lili Marleen.

Surnommée la "fiancée des forces armées", elle a été toute sa vie une fervente supporter des soldats, pour qui elle a chanté pendant la guerre, dans des pays comme l'Egypte ou l'Inde, souvent au péril de sa vie.

En mai, Vera Lynn avait exhorté la nation à "se souvenir des braves garçons et de ce qu'ils ont sacrifié pour nous". "Ils ont quitté leurs familles et leurs foyers pour se battre pour notre liberté et beaucoup ont perdu la vie en essayant de nous protéger et de protéger nos libertés", avait-elle rappelé. 

J.L. avec AFP