BFMTV

Manifeste contre le sexisme dans la musique: "L'étape d'après, c'est que les mecs se rendent compte"

Plus d'un millier de femmes des métiers de la musique ont signé un manifeste contre le sexisme ambiant de leur milieu. L'objectif: faire évoluer les mentalités et les relations de travail.

Elles veulent faire changer les choses. Face à la misogynie et au sexisme, elles sont 1500 à avoir signé le manifeste des Femmes engagées des métiers de la musique, publié mardi dans Télérama. À l'occasion du Printemps de Bourges, qui s'achève ce dimanche, plusieurs des signataires se sont confiées à BFMTV. 

"Ça ne sert à rien d'utiliser des euphémismes ou de ne pas dire les mots. Dans la musique, il y a des femmes qui sont victimes de sexisme", déclare ainsi Jeanne Cherhal. 

Certains instruments "genrés"

Non aux blagues graveleuses, aux mains baladeuses et aux détails, mêmes anodins, qui font que les femmes de la musique ne sont pas considérées comme les hommes. 

"Je me suis rendue compte très rapidement qu'il y avait des instruments qui étaient genrés", explique Clara Luciani. "C'était presque paranormale qu'une femme ait une guitare électrique en bandoulière. Je pense que que le violon, par exemple, c'est beaucoup plus acceptable."

"Trouver d'autres façons de faire"

Même son de cloche du côté d'Aloïse Sauvage: "Certains messieurs ont du mal à ce que je puisse leur donner un semblant de directive, ou de question."

À l'image de la mobilisation Me Too à Hollywood, les femmes de la musique française espèrent créer un électrochoc. "L'étape d'après, c'est que les mecs se rendent compte, éventuellement, de ce qu'ils ont pu faire et perpétrer", confie Jeanne Added. Pour "passer à l'étape d'après, qui est de continuer à vivre ensemble, trouver d'autres façons de faire, de rapports humains, de travail etc." 

Philippe Dufreigne avec Benjamin Pierret