BFMTV

Maître Gims se défend d'avoir snobé un festival qui lui a refusé un jet privé

Sur le plateau de "TPMP", Maître Gims s'est explique sur la polémique autour de sa non-venue au festival des Près Saint-Jean à Alès

Sur le plateau de "TPMP", Maître Gims s'est explique sur la polémique autour de sa non-venue au festival des Près Saint-Jean à Alès - C8

Accusé d'avoir annulé sa présence au Festival des Prés Saint-Jean à Alès, le rappeur a tenu à clarifier les choses sur le plateau de Touche pas à mon poste!.

Ni caprice, ni grosse tête. Ce mercredi 26 avril, Maître Gims est venu dans Touche pas à mon poste! pour répondre à une polémique dont il fait l'objet depuis quelques jours. L'organisateur du festival des Prés Saint-Jean a expliqué dans Midi Libre que le chanteur avait annulé sa participation à l'événement, car il leur était impossible d'assurer sa venue par jet. Une version que Maître Gims a tenu à démentir fermement.

Sur le plateau du talk-show de C8, l'interprète de Sapés comme jamais a expliqué qu'un malentendu s'était installé entre lui et l'association Raia, organisateur de l'événement. "Il n'y avait rien de signé, de validé, explique l'artiste. C'était une option qui n'a pas été maintenue. Il n'y avait pas d'engagement, ni de contrat."

"Ils m'ont gentiment proposé un jet..."

Selon Maître Gims, l'organisateur Brahim Aber a "commencé à vendre des billets", certain de sa présence, "C'est un souci", regrette le chanteur, avant de revenir sur la polémique autour du fameux jet. "Ce n'est pas ça du tout", poursuit-il. D'après lui, ce sont les organisateurs qui lui ont "proposé un jet gentiment pour faciliter les choses". Mais cette proposition ne permettait malgré tout pas à l'artiste d'être présent lors de ce festival, le 9 juillet prochain.

Au Midi Libre, Brahim Aber avait fait part de sa colère en apprenant l'annulation de la venue de Maître Gims à son festival. "On le sentait venir depuis fin mars, racontait-il. Puis son agent, de la société Next Level Entertainment, qui travaille avec nous, a dit qu'il y avait des complications, que Maître Gims ne voulait plus faire cette date, mais qu'il fallait attendre. Puis il nous a dit que si on louait un jet pour l'emmener depuis la Belgique jusqu'à Alès, ça pourrait le faire..."

"On n'a pas les moyens", avait alors expliqué le directeur. "Le prix d'un jet, c'est le coût total des actions qu'on mène au centre de loisirs de Raia à l'année. Déjà, j'avais accepté la condition de le loger dans un hôtel 5 étoiles, sachant qu'il fallait le réserver à Uzès ou Montpellier. Mais le jet, non."

Fabien Morin