BFMTV

Les Stones enflamment le Stade de France, satisfaction pour les fans!

Mick Jagger vendredi soir au Stade de France: toujours autant d'énergie pour le chanteur de 70 ans.

Mick Jagger vendredi soir au Stade de France: toujours autant d'énergie pour le chanteur de 70 ans. - -

Vendredi soir, les Rolling Stones ont retrouvé le Stade de France pour l'unique concert français de leur tournée, peut-être leur dernier dans l'Hexagone. Deux heures de tubes qui se sont enchaînés avec énergie.

Septuagénaires, mais toujours décapants. Après un démarrage un peu lent, les Rolling Stones ont finalement donné satisfaction au public du Stade de France vendredi, pour l'unique étape hexagonale de leur tournée mondiale "14 on fire".

Autant dire qu'ils étaient attendus. Les 75.000 places s'étaient envolées en 51 minutes! Il pourrait en effet s'agir de la dernière tournée des quatre Anglais. Aux premières loges se trouvaient le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Caseneuve et le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone.

Deux heures de tubes

Ils n'ont pas été déçus. Mick Jagger, chemise à jabot prune et veste verte, Keith Richards et leurs complices sont arrivés à 21h30 pour deux heures d'un concert largement consacré aux tubes du groupe. Avec cinquante ans de carrière derrière eux, il y avait à faire.

De "Jumping Jack Flash" à "Sympathy for the Devil", avec des "woo woo" chantés par les spectateurs, il n'en a pas fallu longtemps pour enflammer un public un peu sage au début. Il faut dire que Mick Jagger, 70 printemps, a déployé une incroyable énergie, bondissant à l'autre bout de l'estrade ou se déhanchant toujours aussi aisément qu'à ses débuts.

Enchaînement de classiques

Keith Richards a également pris le micro pour chanter "You Got Silver" et "Can"t Be Seen", mettant les spectateurs sous le charme de son énergie et de sa désinvolture. Puis le guitariste Mick Taylor a à son tour rejoint le groupe pour un "Midnight Rambler" qui s'est étendu sur de longues minutes.

A partir de là, les classiques se sont enchaînés à un beau rythme: "Miss You", "Gimme Shelter", "Start me up"... pour se clore sur un triomphal "(I can't get no) Satisfaction", au plus grand bonheur des fans.

M. T. avec AFP et vidéo Philippe Dufreigne