BFMTV

Le rappeur Kaotik 747 se confie sur son engagement du côté des policiers

Le rappeur niçois indépendant, qui défilait ce mercredi au sein de la manifestation des policiers, a expliqué sur BFMTV sa position.

Kaotik 747, rappeur niçois indépendant, manifestait ce mercredi aux côtés des policiers. L'artiste, invité sur BFMTV, a défendu sa position pro-forces de l'ordre, assez rare dans le monde du rap.

"C'est un engagement que je porte depuis bien longtemps", a indiqué Kaotik. "J'ai choisi comme ligne directrice de faire un rap dit 'positif', un rap 'propre'. En l'occurrence dans le passé, j'ai défendu la cause des femmes battues, les enfants malades..."

En 2019, soutenu par la ville de Nice dont il est originaire, il avait sorti le #Projet18, un clip pour dénoncer les agressions contre la police et les secours. "C'était un clip de prévention et de sensibilisation", a-t-il expliqué sur notre antenne.

Une position qui "choque"

"On se retrouve, en 2021, avec une violence... Même une ultra-violence", a poursuivi le rappeur. "On a pu suivre tout ce qui s'est passé, malheureusement, entre le meurtre d'Eric Masson, celui de Stéphanie, ce jeune de 14 ans poignardé..."

Kaotik sait "très bien" que ses prises de positions "choquent dans le milieu du rap", mais aussi "au niveau de certaines classes politiques". Mais il ne compte pas renoncer à son engagement, qu'il dit "fort".

"Je suis un gamin fils de SDF, ma mère est morte du sida, je suis né à la DASS", a-t-il raconté. "J'ai deux gamins, et je me moque de la gloire. Je fais du rap parce que j'aime le rap, la langue française. Aujourd'hui, quand on voit qu'on peut toucher des jeunes grâce à cette musique-là, eh bien, il faut y aller à fond".

"Pas vendeur"

Le rappeur estime que plusieurs autres rappeurs partagent les mêmes convictions que lui, mais que le discours anti-policiers est entretenu par les producteurs de rap.

"Ce n'est pas vendeur", a-t-il assuré. "Aujourd'hui, ce qui est vendeur pour les gamins des quartiers, c'est l'adrénaline, les armes, l'argent, la violence, les femmes dénudées, tous les clichés. Mais la vie, ce n'est pas ça".

En raison de sa position pro-forces de l'ordre, Kaotik 747 reçoit de nombreuses menaces de mort. De quoi inquiéter l'artiste, notamment vis-à-vis de ses deux enfants. Il déplore toutefois que de nombreuses personnalités restent silencieuses sur ces questions, citant notamment Omar Sy ou encore Camelia Jordana.

"On fait comme la majorité des artistes et sportifs, qui vont rester dans leur petit confort à ne pas prendre position en espérant vendre plein de disques et décrocher de super rôles? Ou on s'engage intelligemment?", a-t-il interrogé.

Nawal Bonnefoy