BFMTV

Eurovision: quelles sont les chances de la France et des Twin Twin?

Les Twin Twin, qui porteront haut les couleurs de la France et la moustache, samedi prochain à Copenhague.

Les Twin Twin, qui porteront haut les couleurs de la France et la moustache, samedi prochain à Copenhague. - -

Samedi soir à Copenhague, la malédiction de la France à l'Eurovision va prendre fin, c'est sûr. Grâce aux Twin Twin et à leur moustache. Nous on y croit.

Trente-sept ans que la France n'a pas gagné l'Eurovision. Autant dire que pour nos Twin Twin, ce n'est pas gagné, samedi soir à Copenhague. Mais en ces temps de french bashing et de morosité, tel Arnaud Montebourg, le chevalier à la marinière, on a envie d'y croire. On vous dit pourquoi.

> Parce que la moustache, c'est tendance

"Mais moi j'voulais une moustache", scande le trio français. Certes, leur moustache a fait moins jaser que la barbe de Conchita Wurst, candidat autrichien travesti glamour et barbu, qui va encore plus loin que Dana International, gagnante transsexuelle du concours, en 1998.

Mais après les Fatals Picards (22e) et Sébastien Tellier (19e), tous barbus, il fallait explorer d'autres rivages capillaires. Et puis en 58 ans d'Eurovision, pas une chanson gagnante ne contenait le mot "moustache" dans son titre. Si ça ce n'est pas un signe...

> Parce qu'avec Patricia et Amandine, c'était du sérieux

C'est peu dire que la chanson "vous reprendrez bien un peu de Lexomyl" n'a pas réussi à la France. Voix rauque et petite robe noire, Patricia Kaas en 2009 et Amandine Bourgeois l'année dernière peuvent en témoigner. La chanteuse de Forbach s'est classée en 8e position, et la gagnante de la Nouvelle star n'a pas dépassé la 23e place. Conclusion, en ces temps de crise, ça ne sert à rien de plomber l'ambiance.

Avec Twin Twin, le public en quête de légèreté va être servi: "Quand j'dors, j'fais des rêves en dollars, tous les jours j'ai un nouveau costard"... chante le trio. A moins que ce ne soit une critique de la société de consommation et de l'individualisme ambiant, on hésite.

> Parce que les Polonais trichent

Sûr que le clip de la candidate polonaise Cleo et de son rappeur de partenaire, va faire beaucoup pour le tourisme de Gdansk à Varsovie. D'accord, le morceau de rap folkorique (oui ça existe) a été visionné 40 millions de fois. Mais le jury et les télespectateurs tomberont-ils dans le panneau des jambes interminables et des poitrines huilées?

"Nos filles n'ont pas de complexes" chantent-ils. D'accord, mais elles risquent d'en donner aux autres. Pologne: 0 point.

> Parce que les favoris sont sinistres

Que ce soit Aram MP3, le candidat arménien, contraint de se jeter dans les bras de Conchita Wurst pour faire oublier ses propos homophobes, et de sortir les rames ("c'était juste une blague, une erreur de traduction"), la Suédoise Sanna Nielsen, ou les Hollandais The Common Linnets, les favoris du cru 2014 ont un répertoire qui donne envie de se pendre.

Où est passé l'humour? La joie communicative des Grecs en 2013 (Kóza Móstra, avec leur Alcohol is free, classés 2e), la fantaisie de Lordi, métalleux finlandais, vainqueurs en 2006? Heureusement que les Islandais (tous barbus) sont là, avec leur titre pop et vitaminé aux paroles simplettes.

> Parce que les Russes vont voter pour la France

Après tous les appels du pieds de Jean-Yves Le Drian et François Hollande, clamant tous deux que Vladimir Poutine est le bienvenu aux cérémonies du Débarquement le 6 juin prochain, les Russes seraient bien ingrats de ne pas voter massivement pour la France.

Oublions l'Ukraine et réécoutons Shine le morceaux des soeurs Tolmachevy, les candidates russes, gluant comme un bonbon oublié sur la plage arrière d'une voiture.

|||sondage|||1859

Magali Rangin