BFMTV

Eurovision 2017: ces cinq candidats à suivre

Dihaj, la chanteuse qui représente l'Azerbaïdjan à l'Eurovision lors de cette édition 2017.

Dihaj, la chanteuse qui représente l'Azerbaïdjan à l'Eurovision lors de cette édition 2017. - Serguei Supinksy - AFP

La finale du concours de l'Eurovision se déroule ce samedi soir à Kiev en Ukraine. Voici les cinq candidats à regarder (en plus de la Française Alma, évidemment), pour saisir tout le charme de cette édition 2017.

Youhouhouhou, le concours de l'Eurovision est de ce retour samedi soir. Avec son cortège de chansons au refrain standardisé et interchangeable, de chanteurs de variété venus de toute l'Europe (et d'Australie), et de robes folkloriques. La plupart de ces chansons et leurs interprètes sombreront dans l'oubli au lendemain du grand concours. Mais samedi, les yeux de 200 millions de téléspectateurs seront tournés vers un crooner portugais en attente d'une greffe du coeur, un Roumain qui yodle ou une Belge nommée Blanche.

A l'issue des deux demi-finales, ils ne sont plus que 26 pays en compétition. Vingt-six pays qui vont s'affronter à coup de robes à paillettes et de chansons en anglais, à Kiev en Ukraine. Chouchous des bookmakers ou personnages décalés, voici les cinq candidats qu'il ne faut pas rater cette année.

> Ilinca la Roumaine qui yodle

Vous pensiez impossible de marier rap et yodel tyrolien. Les candidats roumains l'ont fait. Il y a même du tambour, en prime. La toute jeune Ilinca Băcilă (18 ans) et Alex Florea, tous deux ex-candidats de la version roumaine de The Voice, mêlent leur voix sur un air au refrain yodlé (ça fait: "Yodeleiiii, Yodele, Yodele, Yodele, hiho"). Le résultat est assez improbable. Voire inaudible.

Potentiel: Le pire, c'est que ce genre de morceau, à l'Eurovision, ça peut marcher. Les bookmakers placent la Roumanie en 7e position (devant la France, classée 10e). Mais rappelons tout de même que le pays n'a jamais remporté l'Eurovision.

> Salvador, le crooner Portugais

C'est une des coqueluches du concours cette année. Le capital sympathie de Salvador Bobral est aussi élevé que sa chanson est sobre. Il y a quelques semaines encore, Salvador Sobral, 27 ans, était un parfait inconnu en attente d'une greffe de coeur. Derrière sa barbe clairsemée et son catogan, le jeune homme issu de la bourgeoisie lisboète cache une certaine fragilité, symbolisée par une voix fluette et trémulante couplée à une sévère insuffisance cardiaque ne l'éloignant jamais plus de deux semaines de ses médecins.

Potentiel: Salvador a le mérite de chanter en portugais et non en anglais, comme la plupart des candidats. Son morceau et son look sont étonnamment sobres. Les bookmakers le donnent deuxième.

> Blanche, la Belge minimaliste

Le morceau de la Belge Blanche, s'il ne respire pas la joie de vivre, est très bien calibré pour l'Eurovision. La belle voix grave de la toute jeune Blanche (elle a 17 ans) est plutôt envoûtante, le refrain entre bien dans la tête.

Potentiel: Robe de bal noire, gestuelle minimale (elle bouge les bras), Blanche ne va pas vraiment ambiancer l'Eurovision. Les bookmakers la placent en quatrième position, mais elle pourrait valoir à la Belgique sa première victoire depuis 1986 - la seule, d'ailleurs - avec Sandra Kim, et son communicatif J'aime la vie.

> Dihaj, l'Azerbaïdjannaise et sa tête de cheval

Sans la présence du type à la tête de cheval sur son échelle, on oublierait assez vite la prestation de Dihaj. Mais il faut bien dire que la mise en scène autour de la chanteuse représentant l'Azebaïdjan interpelle. La chanson, aux accents assez dramatiques, beaucoup moins.

Potentiel: L'Azerbaïdjan, qui n'a participé que neuf fois, mais gagné une fois, en 2011, et a en outre terminé deuxième, troisième, quatrième et cinquième. C'est donc un pays ultra performant dans cette discipline qu'est la chanson de variété kitsch. Les bookmakers sont moins enthousiastes et le classent 15e.

> Francesco, l'Italien à moustache

Francesco Gabbani est le fruit d'un étonnant croisement entre Eros Ramazotti pour la voix, Eric Morena époque Oh mon bateau pour le look moustache-gomina, et Brassens pour le gorille. Car le candidat se produit sur scène avec un gorille (pas un vrai), dont les gesticulations ont le potentiel du requin de gauche de Katy Perry pendant la mi-temps du Superbowl, en tant que mème.

Potentiel: L'Italien est le chouchou des bookmakers, et l'idole de tout le pays. Sa chanson Occidentali's Karma est triple disque de platine en quelques semaines et le clip dépasse désormais les 110 millions de vues, là aussi un record pour un artiste de l'Eurovision avant le concours. Les bookmakers y croient à fond et le placent carrément en première place.

Magali Rangin avec AFP