BFMTV

"Difficile d'entendre sa voix": Maxim Nucci raconte les coulisses de l'album posthume de Johnny Hallyday

Maxim Nucci le 15 octobre 2018

Maxim Nucci le 15 octobre 2018 - Geoffroy Van Der Hasselt / AFP

Le musicien, qui a composé Mon Pays c'est l'amour, raconte avec émotion la conception de l'album le plus attendu de l'année.

Album le plus attendu de l'année, Mon pays c'est l'amour, disque posthume de Johnny Hallyday, a été présenté à la presse lundi 15 octobre, quatre jours avant sa sortie. Doté de dix chansons, l'album au succès garanti a été édité à un niveau exceptionnelle de 800.000 exemplaires, a annoncé Thierry Chassagne, le président de Warner Music France. 

"C'était difficile d'entendre sa voix"

Mon pays c'est l'amour a été achevé le 28 janvier dernier, soit un mois et demi après la mort du Taulier, dans une ambiance particulièrement éprouvante, se souvient Maxim Nucci, alias Yodelice:

"C'était compliqué de finir ce disque, il n'était pas là. C'était difficile d'entendre sa voix, ses textes qui prenaient dès lors un autre sens. On a beaucoup pleuré. Je n'aurais jamais cru faire quelque chose d'aussi difficile en faisant de la musique."

"Il voulait des choses très orchestrées"

Le musicien, qui travaillait avec Johnny Hallyday depuis 2010, a du mal à cacher son émotion lors de la présentation de ce disque qu'il a réalisé: "Il nous a beaucoup préservés, il était classe, grand, élégant, il ne s'est jamais plaint de quoi que ce soit", dit-il à propos du cancer du rockeur préféré des Français.

"A aucun moment, il nous a fait sentir que ce serait le dernier album. C'était extrêmement vivant, jamais je n'aurais pensé qu'il sortirait comme il sort aujourd'hui", ajoute-t-il, avant de préciser que "Johnny avait envie de repartir sur scène et de refaire des stades": "Il voulait des choses très orchestrées, quelque chose d'épique."

Jérôme Lachasse avec AFP