BFMTV

"2021 est notre année": l'appel du pied de Liam Gallagher à son frère Noel

Noel et Liam Gallagher, ex-membres d'Oasis

Noel et Liam Gallagher, ex-membres d'Oasis - John Gichigi - AFP

Dans un message de voeux adressé à son frère Noel sur Twitter, Liam Gallagher a appelé à une réconciliation.

"Bonne année Noel. Je t'aime depuis longtemps. 2021 est notre année, Allez". Par ces quelques mots, Liam Gallagher a relancé les spéculations sur une réunion du groupe Oasis.

Les frères fâchés de la britpop, séparés depuis 2009 - après une violente dispute dans les coulisses de Rock en Seine et quelques guitares détruites - n'ont jamais réussi à enterrer la hache de guerre, pour reformer le groupe. Ce n'est pas la première fois qu'une réconciliation semble presque possible, ou en tout cas souhaitée par l'un des frères (en général Liam).

Noel Gallagher, compositeur de la plupart des tubes du groupe, interprétés par Liam, de Wonderwall à Champagne Supernova en passant par Don't look back in anger devenu l'hymne des concerts post attentats de Manchester en 2017, a toujours résisté aux appels de son frère.

Branches d'olivier

Liam Gallagher a cette fois-ci opté pour la manière douce. Mais mars dernier, le ton était moins tendre, lorsqu'il avait "exigé" une réunion du groupe pour un concert caritatif au profit des soignants:

"C'est bon j'en ai marre de plaider, de supplier etc., fini les branches d'olivier, j'EXIGE une réunion d'Oasis quand tout ça sera terminé. Tout l'argent ira au NHS (le National Health Service, le système de santé publique du Royaume-Uni, ndlr). Allez, tu sais, comme avant", avait-il tweeté.

Ceci dit, cette reformation, Liam Gallagher l'a déjà chantée sur tous les tons, ces dernières années. S'il s'est nettement adouci depuis fin 2019 où il avait déclaré qu'une reformation d'Oasis "n'arriverait pas", et évoqué "l'ego incontrôlable de son frère", il avait déjà indiqué, en septembre 2017 être prêt à reformer le groupe phare des années 90. "Si lui [Noel] ou n'importe qui d'autre débarque pour reformer Oasis demain, donnez-moi cinq minutes et je serai sur scène à fond parce que je suis prêt à y retourner. Donc la balle est dans son camp".

Trois ans plus tard, la conclusion est à peu près la même.

Magali Rangin