BFMTV

Mort de Guy Bedos: sa fille Victoria lui rend hommage dans une dernière lettre

Victoria et Guy Bedos en 2016 au Festival de Cannes

Victoria et Guy Bedos en 2016 au Festival de Cannes - Anne-Christine Poujoulat - AFP

Une semaine après la mort de l'humoriste, Paris Match publie un message que lui adresse sa fille Victoria.

"Mon père préféré": c'est avec ces mots que la fille de Guy Bedos, Victoria, lui adresse un dernier hommage dans Paris Match. L'hebdomadaire publie une lettre de l'auteure, scénariste et actrice adressée à l'humoriste disparu jeudi dernier à l'âge de 85 ans. 

"Elle est pénible à écrire cette lettre! Elle est pénible à vivre cette vie sans toi", écrit-elle depuis le lit du comédien, vêtue d'"un de (ses) pulls en cachemire":

"Ça fait trois jours que tu es mort et je n'arrive plus à rentrer chez moi", poursuit-elle. "J'ai besoin d'être dans tes draps, tes fauteuils, tes pulls, avec tes chats. Et avec ta femme. Maman. Elle ne t'a pas lâchée celle-là. Tu l'as bien choisie."

Victoria et Nicolas Bedos sont les enfants que Guy Bedos a eus avec Joëlle Bercot, sa troisième et dernière épouse. Il a deux filles, Leslie et Mélanie, nées de ses unions, avec la romancière Karen Blanguernon et la comédienne Sophie Daumier. 

"On n'a pas lutté contre ta dignité"

"Il fallait que tu partes, tu as voulu partir, en homme révolté que tu es, tu as fait une grève de la faim pour que ça s'arrête", poursuit celle qui a co-signé le scénario de La Famille Bélier. Que cette confusion mentale cesse, que ce brouillard dans ta tête disparaisse. Et maman, Nicolas et moi, on a compris, on a accepté, on n'a pas lutté contre ta dignité."

Victoria Bedos évoque un souvenir d'enfance, lorsque son père l'appelait au téléphone en se faisant passer pour le père Noël. Et regrette de ne pas avoir pu lui rendre visite à cause du confinement mis en place pour enrayer l'épidémie de coronavirus:

"Pendant deux mois, on n'a pas pu venir te voir par peur de te tuer en t'embrassant. Et on t'a tué en ne venant pas t'embrasser, finalement. Tu as cessé de manger, de marcher, de lutter. À quoi bon puisque mes enfants ne m'aiment plus?"

"On n'y arrive pas, papa"

Elle évoque également Jean-Loup Dabadie, académicien, parolier et auteur de plusieurs sketches de Guy Bedos, mort quelques jours avant lui:

"Vous vous aimiez, dis-donc, Jean-Loup et toi, pour vous barrer ensemble au paradis. J'espère qu'au moins, vous vous marrez bien, là-haut, tous les deux, parce qu'ici, sans vous, on rigole moins. Faire du drôle avec du triste, tu disais, mais là, c'est vraiment trop triste, on n'y arrive pas, papa."

Et de conclure: "La nuit tombe sur ton île Saint-Louis et je suis toujours dans ton lit. Ce lit où tu as rendu ton dernier souffle il y a à peine trois jours, entouré de ta tribu, comme tu aimais nous appeler." Une cérémonie pour Guy Bedos aura lieu ce jeudi à l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris. 

Benjamin Pierret