BFMTV

Mort de Goo Hara, star de la K-Pop, à l'âge de 28 ans

Goo Hara dans le clip de "Midnight Queen"

Goo Hara dans le clip de "Midnight Queen" - Capture d'écran YouTube

La chanteuse sud-coréenne a été retrouvée morte dans son appartement de Séoul. La thèse du suicide est envisagée.

Goo Hara, chanteuse de K-Pop âgée de 28 ans, a été retrouvée morte ce dimanche à son domicile de Séoul, en Corée du Sud. Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, la police enquête pour déterminer les causes de sa disparition. La thèse du suicide est envisagée.

Également connue sous le nom Hara, la chanteuse a accédé à la notoriété en 2008 avec le girl band à succès Kara. Elle avait poursuivi une carrière solo après la dissolution du groupe en 2015. Également actrice, elle est apparue plusieurs fois dans des productions télévisées.

Une tentative de suicide en mai

D'après Yonhap, la chanteuse avait tenté de mettre fin à ses jours en mai dernier. Quelque temps avant cette tentative, Goo Hara avait été victime d'un ancien petit-ami qui l'avait menacée de l'agresser et de diffuser une vidéo à caractère sexuel, rapporte Variety.

Le jeune homme a finalement écopé d'une peine de prison avec sursis mais l'affaire a valu de nombreux commentaires haineux à Goo Hara sur Internet. Au cours du scandale, la jeune femme a perdu son contrat avec son agence de l'époque, rapporte le média américain. Goo Hara avait signé un nouveau contrat auprès d'une agence japonaise en juin dernier. Son dernier titre, Midnight Queen, est sorti le 13 novembre.

Hécatombe chez les stars coréennes

La disparition de Goo Hara fait suite à celle de Sulli, chanteuse et actrice dont elle était une amie proche, survenue le mois dernier. À l'époque, la police privilégiait également la piste du suicide.

En décembre 2017, le suicide du chanteur Kim Jong-Hyun, star du groupe Shinee, avait ému les fans du monde entier. Le jeune homme s'était dit "cassé de l'intérieur" dans une lettre d'adieu: "La dépression qui me ronge doucement m'a finalement englouti tout entier."

Benjamin Pierret