BFMTV

Mode: comment les "dad sandals" se sont imposées comme les chaussures de l'été

Des "dad sandals"

Des "dad sandals" - Suicoke, Chanel, Gucci, Prada, Décathlon, Teva, Chaco

Avec leurs attaches à scratchs, leur allure sportive et leur grosse semelle crantée, les "dad sandals" chaussent d'ordinaire ceux qui ont renoncé à l'élégance, au profit du confort. Croyez-le ou non: elles se sont frayé une place sur les podiums et s'imposent, cet été, comme LA tendance en matière de chaussures.

On les appelle “dad sandals”, soit, en français, "sandales de daron". Mais aussi “sandales de touristes” (pour les plus moqueurs), “sandales de sport” (pour les casse-cou), sandales "tout-terrain" (chez Décathlon) ou encore "néo-nu-pieds” (dans les dîners parisiens). Derrière ces différentes appellations, un seul et même type de chaussures: les grosses sandales à scratchs, généralement en synthétique, à la semelle épaisse et/ou crantée, et à l’allure choc et pas chic.

Longtemps réservées à celles et ceux qui se fichent ouvertement d’être à la mode et privilégient le confort à l'apparence, elles s’imposent cet été comme la paire à avoir dans sa garde-robe.

Une sandale de sport
Une sandale de sport © Décathlon

Vous êtes sceptiques? C’est bien normal. Les “dad sandals” font partie du club très controversé des chaussures “moches mais pratiques”, à l’instar des Crocs, des Uggs ou encore des Birkenstock. Des pièces clivantes, au design souvent critiqué, mais dont le succès international n'est pourtant plus à prouver.

Collaborations et éditions limitées

La "dad sandal" a connu son premier pic de popularité dans les années 90 - époque à laquelle elle ne s'adressait pas du tout aux fashionistas. On doit sa création à Teva, marque leader sur le marché. Son premier modèle est né en 1984 lorsque Mark Thatcher, un guide de rivière en plein trek dans le Grand Canyon, a eu la bonne idée d'accrocher deux bandes Velcro à une vieille paire de tongs, pour éviter qu'elles ne soient emportées par le courant. Une idée qui plaît aussitôt à ses collègues et, de manière générale, à tous ceux qui cherchaient des chaussures fonctionnelles.

Après une baisse des ventes dans les années 2000, l'enseigne a récemment décidé de revoir sa stratégie. Et avec une efficacité redoutable, qui a contribué en grande partie à rendre "cool" cette chaussure jusqu'alors ringarde. Depuis quelques saisons, Teva a ainsi manoeuvré pour attirer une clientèle plus jeune, branchée et citadine, qui a adopté ses chaussures dans la vie de tous les jours (et certainement pas pour faire de l'aqua-rando et du canyoning). 

La marque s’est notamment associée à des créateurs, artistes et e-shops tendances (Opening Ceremony, Herschel Supply Co., Anna Sui, Nasty Gal, pour ne citer qu'eux) avec qui elle a collaboré sur des produits stylisés et graphiques, en édition très limitée, mis en scène sur Instagram. De quoi les rendre désirables: chaque collection se retrouve rapidement en rupture de stock.

Un renouveau efficace qui a séduit la nouvelle génération, et a même permis à Teva de décrocher le Graal: un article dans la rubrique mode du New York Times, titré d’un très flatteur “Wow, les Tevas sont devenues mignonnes” ("Wow, Tevas Got Cute"). 

Chanel, Gucci et Prada ont lancé leur propre version

Si la "dad sandal" pose doucement son pied sur la scène fashion depuis déjà 2014, c’est finalement en 2019 qu’elle s’impose sérieusement auprès du grand public, portée par la mode des styles "normcore" et "athleisure", bien sûr, mais aussi et surtout parce qu’elle a (enfin) été adoubée par les plus grandes maisons de luxe. De Chanel à Prada en passant par Rick Owens, Marc Jacobs, Marni, Stella McCartney et Gucci, toutes en ont sorti un modèle, version luxe.

Chanel, Gucci, Prada
Chanel, Gucci, Prada © Chanel, Gucci, Prada

C'est un peu la consécration ultime pour cette chaussure qui, rappelons-le, a vu le jour un peu par hasard dans le Colorado, grâce à un homme qui en avait marre de perdre ses tongs. Mais comment en est-on arrivés là?

“L’intelligentsia de la mode adore mettre au goût du jour ce qui, de toute évidence, semble désuet au goût du grand public, et insiste pour que la cascade s’opère des défilés jusqu’à la rue”, nous explique Pascal Monfort, fondateur de REC trends marketing, cabinet de conseil en tendances qui se spécialise entre autres dans la mode et les cultures jeunes.

Du mini-sac monogrammé des années 2000 aux shorts cyclistes en passant par le sac-banane des années 80, les pièces les plus inattendues ont toutes été (re)mises au goût du jour lorsqu'on s'y attendait le moins. “Maintenant que chaque grande griffe propose sa ou ses visions de la 'dad sandal'… la silhouette est validée” ajoute Pascal Monfort.

Avec un look chic et formel

Parlons de la silhouette justement. En 2019, comment se porte donc la "dad sandal"? Tout simplement en jouant sur le contraste et en assumant complètement le décalage. Les fashionistas les associent par exemple à un look chic et minimaliste, et cultivent une allure formelle qui détonne avec le côté “grossier” de la chaussure: chemise blanche, pantalon noir de costume ajusté, jupe plissée lamée, sac griffé, veste blazer ou encore robe chemise sont par exemple de bons alliés.

L'influenceuse américaine Sara, du blog Other Pieces, porte les siennes avec une robe moulante en satin et un pull vintage crème. Une tenue qu'elle décrit comme "très luxueuse et élégante, mais aussi cool et décontractée, d'une certaine manière".

"Pour être honnête, j'ai toujours possédé une paire de 'dad sandals', mais pas dans le genre branché. J'ai grandi dans l'Ouest des Etats-Unis, où les Tevas étaient le truc de base pour aller faire du camping, parce qu'elles sont aussi pratiques pour aller dans les rivières et les lacs, qu'autour d'un feu de camp avec une grosse paire de chaussettes", explique-t-elle. "Quand j'ai remarqué que ça devenait à la mode, j'étais pas vraiment convaincue. Je trouvais ça bizarre qu'une chose aussi utilitaire soit tendance. Mais je dois avouer que j'avais tort. J'adore la manière dont les gens les incorporent à leurs styles personnels!". 

Côté shopping, il y a l'embarras du choix. Teva est la marque de référence et l'une des plus accessibles (comptez en moyenne 50 euros pour une paire basique), mais il est également possible de s'en procurer du côté de chez Camper, Chaco, Sketchers, ou encore Suicoke, marque japonaise très appréciée des millenials. En parallèle, toutes les grandes enseignes de fast-fashion ont elles aussi sorti leurs modèles, de Zara à H&M en passant par Mango. De quoi trouver "dad sandal" à son pied.

Nawal Bonnefoy