BFMTV

Milla Jovovich raconte l'avortement d’urgence qu'elle a subi en Europe de l'Est

Milla Jovovich

Milla Jovovich - Instagram.com / Milla Jovovich

L'actrice de Resident Evil, qui parle rarement de politique, a choisi de partager son histoire pour dénoncer les nouvelles lois très restrictives qui veulent réduire aux Etats-Unis l'accès des femmes à l'IVG.

Milla Jovovich a raconté sur son compte Instagram l'avortement d'urgence qu'elle a dû subir il y a deux ans en Europe de l'Est. Une prise de parole rare pour l'actrice de Resident Evil qui évoque rarement en public ses opinions politiques.

La comédienne a en effet choisi de partager son histoire pour dénoncer les nouvelles lois très restrictives qui veulent réduire l'accès des femmes à l'IVG: "Je parle rarement de politique et j'essaye de le faire uniquement si j'en suis obligée et c'est aujourd'hui le cas", écrit-elle sur son compte Instagram. Elle ajoute:

"Notre droit en tant que femme d'obtenir des avortements en toute sécurité par des médecins expérimentés est encore une fois menacé. Mardi, le gouverneur de Géorgie Brian Kemp a signé une loi draconienne qui interdit tout avortement après six semaines - avant même que les femmes découvrent leur grossesse - même dans des cas de viol ou d'inceste."

"J'en fais toujours des cauchemars"

La Géorgie est le sixième état après l'Ohio, le Mississippi, le Kentucky, l'Iowa et le Dakota du Nord à passer cette loi restrictive: "L'avortement est une épreuve suffisamment éprouvante d'un point de vue émotionnel sans que nous ayons à subir des conditions potentiellement dangereuses et peu hygiéniques", milite l'actrice, qui a subi en 2017 lors d'un tournage en Europe de l'Est un avortement d'urgence. Elle était alors enceinte de quatre mois et demi:

"L'accouchement a commencé de manière prématurée et j'ai dû rester éveillée pendant toute l'opération. Cela a été une des expériences les plus horrifiques de ma vie. J'en fais toujours des cauchemars. J'étais seule et sans défense. Quand je pense que les femmes peuvent subir des avortements dans des conditions pires que les miennes à cause de nouvelles régulations, j'en ai mal à l'estomac."

"L'avortement est au mieux un cauchemar"

Dépressive après son avortement, Milla Jovovich confie s'être éloignée de Hollywood pour s'isoler et se ressourcer. "J'ai dû faire bonne figure auprès de mes deux merveilleux enfants. J'ai commencé le jardinage, j'ai mangé plus sainement, j'ai fait du sport tous les jours, parce que je ne voulais pas commencer à prendre des antidépresseurs avant d'avoir d'essayé des solutions alternatives." Elle conclut:

"L'avortement est au mieux un cauchemar. Aucune femme ne veut vivre ça. Mais nous devons nous battre pour nous assurer que nos droits sont préservés pour en obtenir un qui soit sûr. Je ne veux plus en parler, mais je ne peux pas rester silencieuse avec tout ce qui est en jeu."

Milla Jovovich n'est pas l'unique actrice hollywoodienne à protester contre ces lois restrictives sur l'IVG. Alyssa Milano a notamment proposé de son côté une "grève du sexe".

Jérôme Lachasse