BFMTV

Michel Cymès ferme son compte sur Twitter, devenu un "déversoir de haine et d'agressivité"

Michel Cymès à France Télévisions en 2012

Michel Cymès à France Télévisions en 2012 - AFP - Patrick Kovarik

Le plus célèbre médecin du PAF a posté un long message sur les réseaux sociaux pour expliquer sa démarche de quitter Twitter.

Le petit oiseau bleu de Twitter prend du plomb dans l'aile avec le dernier message partagé par Michel Cymès sur le réseau social. Le médecin et animateur de France Télévision a expliqué sa décision de fermer son compte, suivi jusqu'ici par 237.000 abonnés.

Dans ce message posté ce vendredi 14 avril, le plus célèbre médecin du PAF rappelle s'être inscrit au départ sur Twitter pour "dialoguer" avec son public et ses followers, afin de "pouvoir passer la barrière de la caméra, de la radio, des livres, et avoir un contact direct". "Twitter était aussi un outil utile pour communiquer et de ne pas laisser les autres le faire à ma place", précise-t-il. Mais les bonnes intentions de Michel Cymès semblent aujourd'hui avoir été mises à mal par les revers de cet outil de communication.

"Je suis aussi un être humain"

"Malheureusement, le réseau social est devenu un réceptacle, un déversoir permettant à ceux qui n'ont que de la haine ou de l'agressivité à proposer, de s'exprimer, poursuit-il. Et ce, dans tous les domaines, politiques, médical et même sportif (football...). Je ne veux pas leur offrir une tribune pour s'exprimer.

Le présentateur d'Allô Docteurs explique être "un être humain" et rester "sensible" aux insultes qui polluent Twitter. "Tout cela est non seulement très chonophage, mais surtout, surtout, ces twittopollueurs me privent de ce fameux contact avec vous," se désole le médecin de 59 ans.

Assurant que "Twitter ne remplit plus" le rôle de lien entre lui et le public, Michel Cymès annonce la fermeture de ce compte dès ce vendredi, avant de remercier une dernière fois ceux qui lui ont témoigné ces dernières années, par l'intermédiaire du fameux réseau social, leurs messages de soutien.

Fabien Morin