BFMTV

Mel Gibson revient sur son arrestation après ses propos antisémites: "C'est vraiment injuste"

Mel Gibson à la première de "Tu ne tueras point" à Washington en 2016

Mel Gibson à la première de "Tu ne tueras point" à Washington en 2016 - Paul Morigi - Getty Images North America - AFP

En pleine promotion de son nouveau film Tu ne tueras point, Mel Gibson est revenu sur l'incident qui lui avait valu de faire la une des journaux en 2006.

Dix ans se sont écoulés, mais le parfum de scandale est toujours là. En 2006, l'acteur et réalisateur américain Mel Gibson était arrêté en état d'ivresse à Malibu avant de proférer des injures et paroles antisémites au cours de son arrestation. S'il s'était empressé de demander pardon à la communauté juive, son image avait été durement marquée par cette polémique, faisant quasiment de lui un pestiféré du presque tout-Hollywood.

Alors qu'il revient sur le devant de la scène avec son film Tu ne tueras point (salué par les critiques), la star repentie de 60 ans a accepté d'évoquer son arrestation et le scandale qui a suivi lors d'un entretien dans Playback, le podcast de Variety:

"Dix ans ont passé, confie l'acteur. Je me sens bien. Je suis sobre désormais, loin de toutes ces choses. Et pour moi, ça appartient au passé. Mais les autres m’y ramènent, ce qui m’ennuie, parce je ne comprends pas pourquoi après 10 ans c’est encore une question. Sans doute, si j’étais vraiment ce qu’on a dit que j’étais, un type plein de haine, cela se refléterait dans mes actions. Ça n’a jamais été le cas."

"Je n'ai pas le droit de péter un plomb, jamais"

Le comédien et réalisateur, qui fait son grand retour derrière la caméra dix ans après Apocalypto, poursuit: "Je n’ai jamais discriminé quiconque ou fait quoi que ce soit qui aille dans le sens de cette réputation. Pour un épisode à l’arrière d’une voiture de police avec huit tequilas dans le sang, on réévalue tout le travail, l’œuvre d’une vie, les convictions et tout ce qui me concerne, pour toujours, c’est vraiment injuste." 

Sur "l'incident malheureux" en question, Mel Gibson précise: "J’étais saoul, en colère et en état d’arrestation. J’ai été enregistré illégalement par un officier de police sans scrupule qui n’a jamais été jugé pour ce délit. Il a rendu l’enregistrement public pour son propre profit et celui de... disons la presse. Donc, c'est injuste. Je suppose qu’étant donné ma position, je n’ai pas le droit de péter un plomb, jamais."

Fabien Morin