BFMTV

Maitre Gims: le FN demande l’annulation de l’un de ses concerts

Maitre Gims en studio

Maitre Gims en studio - Capture d'Instagram

Le Front national demande à ce que l’un des concerts de Maitre Gims, qui doit se dérouler le 14 août prochain à Saint-Avold en Moselle, soit annulé. Le parti politique pointe du doigt le coût du spectacle.

100.000 euros. C’est la somme qu’est prête à investir Saint-Avold, commune de Moselle, pour un concert de Maitre Gims à l’occasion de l’annuelle Fête de la piscine. Aux 74.500 euros réclamés par le rappeur s’ajoutent des frais de communication et sécurité qui font grimper la note, explique le site local Loractu.fr. Résultat: les places sont au prix de 22 euros, contre 3 euros l’année passée. De quoi en indigner plus d’un: une pétition demandant l’annulation du show a été lancée sur Internet. Et elle est ouvertement soutenue par le Front national.

Dans un communiqué, le FN de Moselle proteste contre le "budget prévu pour l'organisation de ce concert", une "somme délirante dépensée pour une prestation de moins d'une heure". "Avec une entrée passant de 3€ en 2014 à 22€ en 2015, la communauté de communes met à l'écart toute une partie des habitants de cette fête estivale populaire", ajoute Kevin Pfeffer, Secrétaire départemental FN/Rassemblement Bleu Marine de Moselle.

"Les raisons de s'indigner sont multiples", affirme le Front national, qui demande alors "aux maires des communes de la communauté de commune et particulièrement au maire de Saint-Avold de faire machine arrière et d'annuler ce concert".

100.000 euros pour du play-back?

En plus de rappeler les propos homophobes tenus par Maitre Gims et ses anciens compagnons du groupe Sexion D'assaut en 2010, le parti de Marine Le Pen appuie sa demande en évoquant un scandale qui s'est déroulé au Fest’Ille le 25 juillet dernier. En représentation à Ille-sur-têt, le rappeur aurait, selon de nombreux commentaires de ses fans sur Facebook, fait du play-back et manqué de respect à son public en annulant une séance d'autographes. 

En réponse à ses accusations, le rappeur a publié un communiqué dans lequel il "tient à clarifier la situation avec ses fans", et affirme avoir chanté en ligne sur une bande-son enregistrée, comme cela avait été convenu avec les organisateurs.

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV