BFMTV

Les YouTubeurs à suivre: Hardisk, le spécialiste des effets spéciaux qui  décrypte les clips musicaux

Hardisk

Hardisk - Capture d'écran YouTube

Hardisk dévoile sur sa chaîne YouTube les dessous de la création d'image. Depuis peu, il se consacre à l'analyse de clips musicaux: après avoir expliqué comment reproduire les effets visuels, il déchiffre les messages cachés disséminés par les artistes.

Le groupe PNL a-t-il vraiment tourné le clip de Au DD au sommet de la Tour Eiffel? Que signifie ce numéro de téléphone dans Against The Clock, de Rilès? Comment Taylor Swift fait-elle pour marcher entre les nuages dans sa dernière vidéo? Quel que soit le secret de fabrication d'un clip, le YouTubeur Hardisk est là pour le résoudre. 

Depuis son studio d'enregistrement parisien, Hardisk dispense son expertise de vidéaste à plus de 180.000 abonnés. Avec humour et naturel, il explique les messages cachés des clips musicaux, les effets spéciaux utilisés, indique quels logiciels manipuler pour les reproduire... et entre deux décryptages, il ne s'interdit pas de donner quelques astuces geeks ou de partager des fun facts de tournage. 

C'est qui? 

À 24 ans, Hardisk (qui "communique peu" sur son vrai nom) a déjà connu deux vies professionnelles. Avant de se consacrer entièrement à YouTube à partir de 2017, celui qui n'a "pas de diplôme" et s'est "énormément auto-formé" a été gérant de sa propre boîte de post-production:

"À force de travailler en freelance dans pas mal de boîtes de production et d'avoir pas mal de clients, je me suis associé avec des amis également freelance pour lancer ma société".

À l'époque, le marché porteur de la réalité virtuelle commence à se développer aux États-Unis. Très vite, il travaille pour de grandes sociétés comme Nestlé, Coca-Cola ou le Club Med. En parallèle, il se lance sur YouTube en 2014. "J'ai toujours beaucoup regardé le YouTube américain", déclare-t-il: 

"Mes premières inspirations, c'était Freddie Wong (qu'il a récemment interviewé, ndlr). C'est un des premiers à avoir percé sur YouTube avec des courts-métrages avec effets spéciaux. Personne ne faisait ça parce que c'est très compliqué à construire. Je me suis mis à faire du contenu dans la même veine."

Ce qui n'était qu'un hobby prend de plus en plus de place, à mesure que la chaîne gagne en ampleur. Lorsqu'il prend la décision de devenir YouTubeur à temps-plein, il s'associe avec un monteur qui travaillait déjà avec lui dans la réalité virtuelle. À cette même période, il publie le livre Comment devenir un pro en vidéo? (404 Éditions). Sa chaîne de divertissement, sur laquelle il explique "comment les choses fonctionnent tout en restant compréhensible et rigolo", se spécialise petit à petit autour de l'analyse de clips. Un peu par hasard.

C'est quoi? 

"La première fois, c'était le clip Paradis d'Orelsan", se souvient Hardisk. "C'était un clip avec un effet vraiment bizarre et les gens avaient du mal à comprendre comment ça marchait. La vidéo est sortie en 2018, à l'époque j'avais 50.000 abonnés. Elle a décollé comme aucune autre vidéo avant, avec 120.000 vues en 24 heures. C'est devenu une série (...) on s'est rendu compte qu'on avait quelque chose dans les mains qui était intéressant à développer."

La chaîne de Hardisk plaira aux fans de rap et d'effets spéciaux. Deux fois par semaine, le YouTubeur publie une vidéo sur l'envers du décor audiovisuel. Il prend un clip et le décortique, du début à la fin, pour expliquer comment tel effet a été rendu possible. Un travail qui nécessite, parfois, beaucoup de contributeurs. Sur certaines vidéos, Hardisk et son monteur travaillent seuls. Sur d'autres, ils peuvent faire appel à une dizaine de personnes travaillant en freelance. 

Il s'intéresse également aux messages cachés, que les artistes sont de plus en plus nombreux à semer partout dans leurs clips. Ainsi, après avoir expliqué grâce à quelle technique Bigflo et Oli se dupliquent dans le clip de Sur la lune, il s'intéresse au code qui apparaît sur un tableau sur un plan du clip. Une fois déchiffré, on trouve le mot "Lunaroxopole". Et il suffit de le taper sur Twitter pour découvrir que le duo de rappeurs prépare une surprise à ses fans.

Difficile, pourtant, de résumer son travail à de l'analyse de clips. Si cet aspect constitue l'essentiel de ses récentes vidéos, Hardisk explore tous les aspects de la création d'image. Il peut consacrer une vidéo entière à la présentation d'une application qui permet de se cloner en 3D, aux figurants qui se sont faits remarquer sur des tournages de cinéma, ou même aux percées technologiques qui améliorent la condition des mal-voyants

Avec le temps, le public de Hardisk se diversifie. Celui qui s'adressait d'abord à "une audience de niche" a de plus en plus d'abonnés qui partagent simplement son intérêt pour "la culture populaire, le cinéma, les séries, les clips, des gens toujours intéressés de comprendre ce qu'il y a derrière": "On est souvent une passerelle vers ce monde-là, qui est très opaque quand on vient de l'extérieur" se félicite-t-il.

Et pour les spectateurs les plus férus d'audiovisuel, Hardisk prévoit souvent un complément d'information. "Je ne peux pas toujours donner d'infos ultra-techniques dans les vidéos, ça peut devenir chiant", explique-t-il. Alors, dans l'onglet communauté, il poste des liens vers des références externes: "Ils peuvent trouver des documentations pour refaire les effets dont je parle." 

Ce qu'il faut regarder

La vidéo de Hardisk sur le clip Against The Clock de Rilès est peut-être la plus représentative de son travail: après avoir passé au peigne fin chaque détail de chaque effet spécial, il se lance dans une étude approfondie des nombreux indices disséminés par le rappeur à l'intention des fans. Et se penche ainsi sur toutes les questions: comment Rilès donne-t-il l'illusion qu'une créature diabolique contrôle sa voiture, et que signifie cette date griffonnée sur un mur? 

Benjamin Pierret