BFMTV

Les 10 infos people qu'il ne fallait pas rater cette semaine

Nicolas Sirkis, Kate Middleton, Stromaé et Anne-Sophie Lapix au coeur de l'actualité people de la semaine

Nicolas Sirkis, Kate Middleton, Stromaé et Anne-Sophie Lapix au coeur de l'actualité people de la semaine - AFP - FTV

De Kate Middleton à Stromae, en passant par Nabilla Benattia et Nicolas Sirkis, les personnalités n'ont pas manqué d'alimenter l'actualité. Petit récap' de ce qu'il faut retenir de cette semaine passée sur la planète people.

1. Pierre Bergé est mort

Cofondateur de la maison Yves Saint Laurent, dont il fut le compagnon, président du Sidaction et mécène engagé, Pierre Bergé est mort ce vendredi 8 septembre à l'âge de 86 ans des suites "d'une longue maladie", a fait savoir la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent. Entrepreneur, homme d'affaire et mécène, Pierre Bergé s'est fait connaître aussi pour ses engagements. Homme de gauche, indéfectible soutien de François Mitterrand dans les années 1980, militant de la cause homosexuelle, fondateur du magazine Têtu, copropriétaire du Monde, l'homme était également président du Sidaction depuis 1996.

Pierre Bergé est mort à l'âge de 86 ans
Pierre Bergé est mort à l'âge de 86 ans © AFP

2. Kate Middleton est enceinte de son troisième enfant

Un troisième royal baby pour Kate et William. La duchesse de Cambridge est enceinte de son troisième enfant, a annoncé cette semaine le palais de Kensington dans un communiqué. Kate Middleton et le prince William sont déjà parents de deux enfants: George, âgé de 4 ans, et Charlotte, âgée de 2 ans. Fille ou garçon, le futur bébé prendra la cinquième place dans l'ordre de succession au trône britannique. 

Kate et William au Taj Mahal en 2016
Kate et William au Taj Mahal en 2016 © Money Sharma - AFP

3. L'incroyable salaire de Nabilla pour son retour à la télé

Eloignée des plateaux de télévision depuis ses démêlés avec la justice, Nabilla Benattia a fait son retour sur le petit écran à la rentrée avec l'émission Les incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie, un programme de téléréalité dans lequel les téléspectateurs de NRJ12 peuvent suivre les (més)aventures du couple au bout du monde. Selon l'émission TPMP, l'ex chroniqueuse de l'émission a négocié un salaire allant "de 200.000 à 300.000 euros" pour incarner cette téléréalité. La somme astronomique touchée par la jeune femme de 25 ans s'expliquerait notamment par le fait que celle-ci est également coproductrice de cette émission diffusée chaque jour à 18h15 sur NRJ12.

Nabilla dans le programme "Les incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie"
Nabilla dans le programme "Les incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie" © NRJ12

4. Nicolas Sirkis juge "ignoble" la réouverture du Bataclan

Rares sont les artistes à tenir ce discours sur l'après-Bataclan. Cette semaine, Nicolas Sirkis s'est exprimé sur le sujet, ne cachant pas son incompréhension sur le choix de rouvrir la salle de spectacle parisienne, touchée par les attentats du 13-Novembre et dans laquelle 90 personnes avaient trouvé la mort. Le leader d'Indochine explique qu'il ne rejouera "jamais" au Bataclan. "Et même pas assister à un concert", précise le chanteur de 58 ans avant d'ajouter: "J'ai trouvé ça ignoble de rouvrir cette salle. On a perdu des gens que l'on connaissait là-bas. Ceux qui sont morts ne sont pas de la poussière."

Nicolas Sirkis en concert au Stade de France en 2014
Nicolas Sirkis en concert au Stade de France en 2014 © Stéphane de Sakutin - AFP

5. Les débuts réussis d'Anne-Sophie Lapix au 20 heures

Premier JT, premier succès. Anne-Sophie Lapix, qui a pris lundi dernier les commandes du 20 heures de France 2, s'est hissée en tête des audiences avec sa première prestation (5,79 millions de téléspectateurs pour 24,8% de PDA), devançant légèrement le journal télévisé de TF1 (5,64 millions de téléspectateurs de 24,2% de PDA). Un score d'autant plus satisfaisant qu'il dépasse les audiences habituelles de la deuxième chaîne.

Anne-Sophie Lapix présentant son premier JT sur France 2, le 4 septembre 2017
Anne-Sophie Lapix présentant son premier JT sur France 2, le 4 septembre 2017 © Capture d'écran - France 2

6. Le coup de gueule d'Anny Duperey sur le Levothyrox

"Rendez-nous l’ancien Levothyrox". Dans une interview accordée au Parisien, Anny Duperey a dénoncé les effets secondaires de la nouvelle formule de ce médicament prescrit contre son hypothyroïdie. "Quand je joue, je fais bonne figure", explique-t-elle. "Mais le soir, je m’écroule. Il n’est plus question pour moi d’aller au théâtre ou au cinéma: j’en suis physiquement incapable. J’ai même dû abandonner le vélo d’appartement que je pratique normalement tous les jours avec plaisir pour me maintenir en forme". Le verdict est sans appel. "La faute à la nouvelle formule du Levothyrox", assène la comédienne.

Anny Duperey en 2012
Anny Duperey en 2012 © Valery Hache - AFP

7. Stromae toujours victime de crises d'angoisse

"J'ai peu de regrets dans ma vie, mais, si je pouvais revenir en arrière et éviter de prendre du Lariam, je le ferais sans hésiter". La vie de Stromae a basculé, il y a deux ans, en plein coeur d'une tournée. C'était en juin 2015: Stromae devait se produire au Rwanda. Très tendu à l'idée de revenir dans le pays de son père, tué lors du génocide, le chanteur a également été victime d'effets secondaires de son traitement contre le paludisme. Hospitalisé, l'artiste belge avait alors dû être rapatrié en urgence en Europe et écourter sa tournée mondiale. Il était loin de se douter que deux ans plus tard, il subirait toujours les effets de ce médicament, le Lariam. "Aujourd'hui, je suis encore sensible aux crises d'angoisse. Il m'est déjà arrivé de devoir retourner d'urgence à l'hôpital", confie-t-il ainsi au magazine Marianne.

L'artiste belge Stromae, en concert à Bercy, le 17 novembre 2014
L'artiste belge Stromae, en concert à Bercy, le 17 novembre 2014 © Patrick Kovarik - AFP

8. Le prince George a fait sa rentrée

C'était le grand jour pour le prince George. Le royal baby n'est d'ailleurs plus un bébé mais bien un petit garçon, qui a fait sa première rentrée à l'école ce jeudi. Le fils de Kate et William, habillé d'une veste et d'un short bleu marine, a été accompagné par le duc de Cambridge à la prestigieuse école Thomas's Battersea, située à Londres. C'est la première fois qu'un membre de la famille royale britannique rejoint cet établissement, dont le coût est de 20.000 euros par an. Une fois sur place, le grand frère de Charlotte a été accueilli par la directrice de l'école. Cette dernière a ensuite amené l'écolier et son père jusqu'à la salle de classe.

Le prince George était accompagné de son père pour sa rentrée des classes
Le prince George était accompagné de son père pour sa rentrée des classes © Kensington Palace

9. Meghan Markle évoque sa relation avec le prince Harry

La petite-amie la plus discrète du Royaume-Uni sort du silence. L'actrice américaine Meghan Markle, en couple avec le prince Harry, fait la couverture du numéro d'octobre de Vanity Fair US. Entre deux portraits, sur lesquels elle apparaît naturelle et savamment décoiffée, la star de la série Suits: avocats sur mesure y parle de son "petit-ami" et des inconvénients à entretenir une histoire d'amour qui passionne les tabloïds. "Nous sommes deux personnes qui sont vraiment heureuses et amoureuses", résume-t-elle, avant de détailler les débuts de leur histoire.

Le prince Harry et sa compagne Meghan Markle
Le prince Harry et sa compagne Meghan Markle © AFP

10. Les mannequins trop maigres bannis par LVMH et Kering

Les géants du luxe Kering et LVMH, représentant des grands noms de la mode comme Gucci, Saint Laurent, Louis Vuitton et Dior, ont adopté une charte commune pour interdire l'emploi de mannequins trop maigres et âgés de moins de 16 ans. Rendue publique mercredi, dans une démarche inédite, à la veille du début de la Fashion Week de New York, cette "charte sur les relations de travail et le bien-être des mannequins" proscrit la taille 32 utilisée par certains créateurs et prévoit qu'"aucun mannequin de moins de 16 ans ne sera recruté pour participer à des défilés ou à des séances photos représentant des adultes". Ces mesures ont été prises après des polémiques sur les conditions de travail des mannequins qui avaient marqué la Fashion week parisienne en février.

Un défilé Louis Vuitton en mars 2015
Un défilé Louis Vuitton en mars 2015 © Bertrand Guay - AFP
Fabien Morin