BFMTV

L'interview de Meghan et Harry divise en fonction de l'âge au Royaume-Uni

Meghan et Harry en février 2018 à Edimbourg

Meghan et Harry en février 2018 à Edimbourg - Andrew Milligan © 2019 AFP

Le soutien au duc et à la duchesse de Sussex est plus affirmé parmi les 18-24 ans, tandis que les plus de 65 ans se disent à majorité favorables à la famille royale.

L'interview débridée accordée par Meghan Markle et le prince Harry à la télévision américaine divise l'opinion au Royaume-Uni, les jeunes se montrant nettement plus favorables au couple, selon un sondage paru mardi.

D'après ce sondage de l'institut YouGov, 36% des personnes interrogées ont dit soutenir la reine Elizabeth II et la famille royale, tandis que 22% se sont déclarées favorables à l'ex-actrice américaine et à son mari, le sixième dans l'ordre de succession au trône, installé depuis un an en Californie.

Mais le soutien au duc et à la duchesse de Sussex est plus affirmé parmi les 18-24 ans (48%) que chez les plus de 65 ans (9%). Ces derniers sont 55% à se dire favorables à la famille royale, contre 15% chez les plus jeunes.

Fracture politique

La fracture est également politique: le couple est perçu positivement par 38% des électeurs du Parti travailliste, contre 15% préférant la famille royale. Ils ne sont que 8% chez les conservateurs, qui soutiennent la couronne à 64%.

Ce sondage YouGov, réalisé auprès de plus de 4.600 personnes, fait apparaître qu'une même proportion (32%) trouve que les Sussex ont été traités justement ou injustement par la famille royale. Mais 61% des 18-24 ans considèrent qu'ils n'ont pas été traités de manière équitable, contre 15% chez les plus de 65 ans.

Harry et Meghan ont mis en cause la pression médiatique, le racisme et l'incompréhension de la famille royale pour expliquer leur départ il y a un an, portant des accusations explosives à l'encontre de la monarchie, plongée depuis dans une profonde crise face à leur situation, dans une interview explosive accordée à la star de la télévision américaine Oprah Winfrey.

J.L. avec AFP