BFMTV

Kit de survie pour tous ceux qui ont raté la génération Téléphone

Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac, Corine Marienneau et Richard Kolinka.

Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac, Corine Marienneau et Richard Kolinka. - Parlophone

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe (humaine) parmi les fans de Téléphone. Le groupe mythique va renaître sous un nouveau nom, trente ans après sa disparition. Mais comment la nouvelle génération peut-elle comprendre cet emballement public et médiatique autour de ces retrouvailles inespérées ? Voici un kit de survie pour tous ceux qui ont grandi sans jamais connaître la bande à Aubert et Bertignac.

Si à l'évocation d'Aubert, vous pensez d'abord au nom d'une station du métro parisien, que pour vous, Louis Bertignac est avant tout un ancien coach de The Voice et qu'il vous paraît impossible que l'histoire de Cendrillon ne finisse pas avec un happy-end du type "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", alors le nom de Téléphone ne doit pas vous évoquer grand chose.

Le groupe, qui a fait les belles heures du rock français entre 1977 et 1986, reste mythique pour beaucoup. D'où le retentissement qui a suivi l'annonce de la reformation du groupe, sous un nouveau nom, certes, mais les inconditionnels de Téléphone ne vont pas faire la fine bouche après des années d'attente.

Pourtant, la génération des moins de trente ans, qui n'a jamais eu la possibilité de voir le groupe sur scène peut avoir du mal à mesurer ce que fut le phénomène Téléphone à l'époque. Voici donc tout ce qu'il faut savoir pour mieux comprendre pourquoi certains ont encore les yeux qui brillent à la simple évocation du nom du groupe.

Qui étaient-ils ?

Téléphone était un groupe composé de quatre membres, deux anciens du groupe Sémolina, Jean-Louis Aubert, le chanteur, auteur et guitariste, et Richard Kolinka, le batteur, qui ont ensuite été rejoints par le duo formé par le guitariste Louis Bertignac et la bassiste Corine Marienneau. Ils donnent leur premier concert le 12 novembre 1976 au Centre américain à Paris, quelques jours après l'élection du président Jimmy Carter aux Etats-Unis. Au cours de cette performance un peu improvisée, ils proposent notamment plusieurs reprises de groupes comme les Rolling Stones et Led Zeppelin, ainsi que les premières versions de leur propres compositions. C'est un an plus tard que le groupe sort son premier 45 tours avec les titres Hygiaphone et Métro c'est trop. L'énergie, la folie et le sens de la provoc' de ce groupe de rock français séduit très vite le public. Et les maisons de disques. Le quatuor signe avec Pathé-Marconi pour trois albums la même année. L'histoire de Téléphone est en marche.

-
- © EMI - "Anna"

Pourquoi le groupe s'appelait-il Téléphone ?

Tous les jeux de mots possibles et imaginables ont déjà été faits avec le nom du groupe. Mais peu de gens savent finalement pourquoi les quatre compères ont choisi ce nom singulier. C'est à Jean-Louis Aubert que le groupe va finalement devoir son nom. Après son premier concert, le groupe est à la recherche de ce fameux nom. Richard Kolinka se souvient : "On se réunissait, et puis on avait des listes, des noms, alors ça allait de tout, des noms bidons à des super noms, n'importe quoi, quoi... Un jour, Jean-Louis m'appelle et me dit: 'Qu'est-ce que tu penses de Téléphone ?'. Parce qu'au départ, on pensait aussi à télévision, mais il y avait eu un groupe qui s'appelait Télévision donc on pouvait pas le prendre, c'était dommage." Le chanteur du groupe parviendra à convaincre la bande d'opter pour Téléphone qui a "l'avantage d'être compris un peu partout", notamment à "l'international". Téléphone est né.

Que chantaient-ils ?

Cinq albums studios, six millions d'exemplaires vendus, 470 concerts. En une décennie, Téléphone a eu le temps de se faire une belle réputation dans le paysage musical du rock français. On doit au groupe des tubes comme New York avec toi, Un autre monde, La Bombe humaine, Argent trop cher, Ca (c'est vraiment toi), Le jour s'est levé ou encore Cendrillon. Si Jean-Louis Aubert fut essentiellement le compositeur et l'interprète des titres du groupe à ses débuts, les autres membres ont rapidement eux-aussi apporté leur contribution. Les tubes de Téléphone sonneront souvent comme les hymnes de toute une génération.

Pourquoi ce phénomène ?

Leurs tournées sont des triomphes en France. Ils collectionnent les disques d'or à la sortie de chaque single. Ils s'aventurent même sur les terres anglo-saxonnes pour partager leur musique. Dans les années 1980, Téléphone a déboulé sur la scène française avec l'audace de sa jeunesse et son rock énergique, devenant rapidement un phénomène musical. Pour plusieurs raisons : les rockeurs chantent en français (une qualité rare dans un milieu du rock assez déserté à l'époque), ils ne s'interdisent rien (pas même de poser nus pour promouvoir leur album Crache ton venin ou de provoquer une cohue lors d'un concert improvisé dans le métro à République), leurs chansons sont engagées, parlent de la société, de ses injustices et touchent évidemment un public jeune qui ne demande qu'à chanter sous le coup de la révolte. Téléphone est un groupe dans l'air du temps, talentueux et audacieux. L'histoire ne pouvait être que belle. Mais comme tous les phénomènes, il ne pouvait pas durer éternellement.

La fin d'une histoire, le début d'une autre

Bien avant la sortie de leur dernier album Un autre monde en 1984, les rumeurs de séparation s'accentuent. A l'époque, la presse rapporte les problèmes d'ego au sein du groupe, les tensions autour des histoires d'amour et d'argent et pointe du doigt l'usure professionnelle qui semble s'être emparée des quatre membres de Téléphone. L'histoire prend fin en avril 1986 lorsque Jean-Louis Aubert officialise la dissolution du groupe pour permettre à chacun de mener à bien leurs projets en solo. Quelques semaines auparavant, les fans gardaient encore espoir quand le label Virgin évoquait simplement une année sabbatique pour le groupe et démentait les rumeurs de séparation. Mais le chanteur mit fin au suspens.

Il faudra alors attendre le 11 septembre 2015 pour que Téléphone revienne sur scène. Ou presque. Car pour l'occasion, le groupe change non seulement de nom et de logo, mais il se passera surtout des services de la bassiste Corine Marienneau dont les rapports avec les autres membres se sont particulièrement détériorés à la fin de l'aventure Téléphone. Celle-ci a d'ailleurs toujours été mise de côté à chaque tentative avortée de reformation du groupe. Au Monde, elle confiait en 2012 son sentiment sur cette mise à l'écart: "Jamais mon nom n'est prononcé. Un jeune qui ne connaît pas Téléphone ne sait pas que j'en faisais partie." Et elle sera donc la grande absente de cette "reformation".

Fabien Morin