BFMTV

Kaya Jones, ex-Pussycat Dolls: "Je n'étais pas dans un girls band, j'étais dans un réseau de prostitution"

L'ex-Pussycat Dolls Kaya Jones, en 2012 à Hollywood.

L'ex-Pussycat Dolls Kaya Jones, en 2012 à Hollywood. - Mark Davis - Getty Images North America - AFP

Une ancienne membre des Pussycat Dolls assure que pour faire partie du groupe, il fallait "coucher".

Une ancienne membre assez éphémère du girls band Pussycat Dolls révèle à son tour les pratiques plus que douteuses dans le showbiz, en des termes très crus. Alors que l'affaire Weinstein a libéré la parole de bien des actrices, la chanteuse a déballé sa "vérité" dans une série de tweets, postés le 13 octobre dernier. 

"Coucher avec qui ils vous disaient de coucher"

"Je n'étais pas dans un girls band. J'étais dans un réseau de prostitution, lance-t-elle ainsi. Oh et il se trouve que nous chantions et que nous étions célèbres. Pendant que tous ceux qui nous possédaient faisaient des dollars". Le message a été retweeté plus 6.700 fois. Kaya Jones a fait partie du groupe de 2003 à 2004.

"Pour faire partie du groupe, il fallait jouer le jeu, poste-t-elle encore. C'est à dire coucher avec qui ils vous disaient de coucher", poursuit la jeune femme aujourd'hui âgée de 34 ans. Kaya Jones a été découverte alors qu'elle n'avait que 13 ans.

"Mensonges écoeurants"

L'ironie de l'histoire veut que ce soit R. Kelly, aujourd'hui accusé d'être le gourou d'une secte de femmes maintenues en esclavage, qui a lancé sa carrière.

Pour expliquer son silence, elle invoque le même argument que toutes les jeunes femmes qui ont été harcelées par Harvey Weinstein, la peur des représailles et de voir sa carrière anéantie. "Pourquoi on n'a rien dit? Parce que nous étions toutes abusées! Personnellement, on m'a prévenue que si je parlais je finirais morte ou sans carrière", a tweeté Kaya Jones.

La danseuse et chorégraphe Robin Antin, fondatrice des Pussycat Dolls, a fermement nié les dires de Kaya Jones, qualifiés de "mensonges écoeurants et ridicules". Minimisant son rôle dans le groupe, elle a assuré que Kaya Jones n'avait jamais été "un membre officiel du groupe", mais "une chanteuse occasionnelle". Kaya Jones apparaît pourtant dans l'un des clips du groupe, intitulé Sway.

Selon le site The Blast, les avocats du groupe prépareraient un courrier à l'attention de Kaya Jones, pour qu'elle cesse de "répandre des mensonges et de mettre en cause la marque", sous peine de "conséquences légales".

M. R.