BFMTV

Kate Winslet et Leonardo DiCaprio permettent de sauver une jeune mère atteinte d'un cancer

Leonardo DiCaprio et Kate Winslet en février 2016 à Hollywood. -

Leonardo DiCaprio et Kate Winslet en février 2016 à Hollywood. - - Jason Merritt - Getty Images North America - AFP

Les stars de Titanic ont participé à une levée de fonds en faveur d'une jeune femme enceinte qui avait repoussé son traitement contre le cancer pour donner naissance à son enfant.

Cette belle histoire fait les gros titre de la presse anglaise ce dimanche. Gemma Nuttall, une Anglaise de 29 ans, avait refusé en 2013 le traitement contre le cancer qui aurait pu lui sauver la vie, afin de mettre au monde l'enfant qu'elle attendait.

Après la naissance de la petite Penelope, une chimiothérapie lui avait permis de repousser le cancer. Mais la maladie revenue un an plus tard, les médecins ne lui donnaient que 12 mois à vivre.

Jack et Rose

Pour suivre l'immunothérapie qui pouvait la sauver, un traitement à suivre dans une clinique en Allemagne, la jeune mère avait besoin de 300.000 livres (environ 340.000 euros). Sa mère a donc décidé de lancer une campagne de financement participatif. En juillet dernier, Gemma a eu la surprise de recevoir un coup de pouce de... Kate Winslet et Leonardo DiCaprio.

Kate Winslet l'avait alors expliqué à la télévision britannique: "En juillet dernier, j'ai fait un peu de levée de fond pour une personne souffrant du cancer et qui avait désespérément besoin d'argent pour un traitement. J'ai appelé Leo et je lui ai dit 'Est-ce qu'on peut organiser un dîner avec Jack et Rose?'".

"Elle voulait aider"

Les deux stars de Titanic ont ainsi mis aux enchères des dîners en leur compagnie, pour réunir des fonds. L'opération a tellement bien fonctionné que les deux stars hollywoodiennes ont récolté 1,35 millions de dollars (environ 1 million d'euros).

La jeune mère est désormais guérie. "Je ne pourrai jamais remercier assez Kate", explique-t-elle au Daily Mail. "Sans ses donations et le public, mon histoire aurait été très différente. On a pensé que c'était une blague, et puis elle a appelé et j'ai réalisé que c'était sérieux. J'étais tellement nerveuse, mais elle m'a demandé comment je me sentais et comment se passait le traitement. Elle voulait aider."

M. R.