BFMTV

Jean-Paul Belmondo: "Je ne comprends pas ce monde qui semble devenu fou"

Jean-Paul Belmondo en septembre 2016

Jean-Paul Belmondo en septembre 2016 - Tiziana Fabi - AFP

A la veille de la sortie de ses mémoires, l'icône du cinéma français s'est confiée au Journal du Dimanche au sujet des attentats et de la politique française qui le laisse "perplexe".

83 ans de souvenirs. Dans l'ouvrage Milles vies valent mieux qu'une, qui sort ce lundi aux éditions Fayard, Jean-Paul Belmondo se raconte pour la première fois... tout en gardant une part de mystère. "A chacun son jardin secret", confie-t-il au JDD paru ce dimanche. Car si en l'espace de 313 pages, le comédien raconte en détails son enfance et ses années au Conservatoire, parle de ses amis, des femmes, du théâtre et bien évidement du cinéma, il lui reste encore quelques confidences à distiller lors d'interviews.

Bouleversé par les attentats 

La tête pleine de souvenirs, l'acteur qui a plus de 80 films à son actif garde un oeil ouvert et interressé sur le monde actuel. Et avoue être, "comme tous les Français", inquiété par l’état de notre société. 

"Ce qui se passe est grave. Les attentats m’ont bouleversé, que ce soit à Paris, à Nice, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Je ne comprends pas ce monde qui semble devenu fou. Que fait-on pour arrêter les guerres, en Syrie aujourd’hui avec tous ces enfants qui meurent? On ne voit pas la solution", déclare-t-il dans le JDD

Il ira voter "contre Marine Le Pen"

La star de cinéma, qui confesse ne "jamais parler politique" avec son grand ami Alain Delon, admet aussi ne pas savoir pour qui voter aux prochaines élections présidentielles de 2017. 

"Je suis perplexe (...) Je pense qu’il faudrait un homme neuf, nouveau. Franchement, personne ne m’inspire parmi les candidats. Mais j’irai voter, je l’ai toujours fait. Contre Marine Le Pen et contre tous les extrémismes". 

Dans un entretien accordé au Point la semaine passée, il confiait notamment que "toute forme d'extrémisme [lui] fait peur, qu'il soit musulman, catholique ou juif". 

Nawal Bonnefoy