BFMTV

Jean-Luc Delarue: sa mère brise le silence dans le documentaire de D8

Jean-Luc Delarue en juin 2011.

Jean-Luc Delarue en juin 2011. - Thomas Samson - AFP

La chaîne de la TNT diffuse jeudi soir un document inédit sur Jean-Luc Delarue, mort il y a trois ans d'un cancer de l'estomac. Un film qui met notamment en lumière le témoignage inédit de sa mère, Maryse.

Un peu plus de trois ans que l'animateur télé s'est éteint. A cette occasion, la chaîne D8 diffuse ce jeudi 17 septembre à 20h55 un documentaire sur le gendre idéal du petit écran. Un documentaire réalisé par sa société de production Réservoir Prod. 

Dans ce document inédit, la mère de Jean-Luc Delarue, Maryse, témoigne pour la première fois. Elle a accepté de se confier à Christophe Janin, ancien collaborateur de son fils et auteur du documentaire Jean-Luc Delarue: 3 ans déjà.

"Une femme qui souffre terriblement"

"C’est une femme qui souffre terri­ble­ment. Même si elle ne le montre pas, si elle se protège derrière un air déter­miné et fort, Maryse ne s’est pas remise de la mort de son fils et a encore énor­mé­ment de regrets", explique-t-il dans Gala. 

"C'est Icare, pour moi, mon fils. Il était trop près du soleil", lâche-t-elle. Le documentaire livre une analyse du personnage, enfant de la télé au succès fulgurant et malgré tout insatisfait. Devenu richissime, il noyait son angoisse dans l'alcool et la drogue, se coupant de ses proches."Je lui disais 'Jean-Luc, tu vas dans le mur, méfie-toi. A quoi sert de gagner tout ce pognon ?', mais il a préféré la rupture avec moi", se souvient sa mère, ajoutant: "Je n’étais pas jalouse mais je trou­vais ça étrange. En tant que prof à la fac, on ne gagnait pas 1% du salaire des anima­teurs télé !".

"Il a eu deux vies"

Le créateur de Ca se discute souffrait de son inculture dans une famille d'intellectuels, lui qui n'était pas aussi doué et brillant que son jeune frère. Un complexe que sa réussite n'a jamais réussi à effacer. "Mauvais élève dans une famille de prof- le pauvre !- Jean-Luc pensait qu’on accor­dait énor­mé­ment d’im­por­tance à la culture géné­rale, aux études, au savoir. Il avait l’im­pres­sion qu’il lui manquait quelque chose", analyse sa mère.

Collaborateur difficile, mégalomane, et parfois cassant avec son entourage, il avait coupé les ponts avec sa mère. C'est par la presse qu'elle a appris ses problèmes de drogue, ses ennuis avec la justice et sa maladie. Il lui a même interdit l'accès à l'hôpital, lorsqu'elle a accouru à son chevet.

Jean-Luc Delarue est mort le 23 août 2012, des suites d'un cancer de l'estomac, laissant une famille profondément divisée. "Il est mort à quarante-huit ans et évidem­ment, c’est un énorme manque pour nous. Mais il a eu deux vies. C’est comme s’il avait vécu quatre-vingt seize ans", se console Maryse.

M. R.